Le Midi Libre - Monde - Correa reprend l’Equateur en main

Edition du 3 Octobre 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Après une tentative de coup d’Etat
Correa reprend l’Equateur en main
3 Octobre 2010

Le président équatorien Rafael Correa, lors d’une réunion avec plusieurs ministres des Affaires étrangères des pays voisins a réaffirmé vendredi dernier son pouvoir, au lendemain d’une journée de troubles dans lesquels il a dénoncé une tentative de coup d’Etat.

Le chef de la police, Freddy Martinez, a assumé la responsabilité de la rébellion de policiers de jeudi et présenté sa démission.  
Des policiers qui protestaient contre la diminution de leurs primes ont agressé Correa jeudi, le contraignant à se réfugier plusieurs heures durant dans un hôpital, dont l’armée l’a libéré dans la soirée au terme d’une fusillade d’une quarantaine de minutes.  

Les violences ont fait huit morts
Huit personnes ont péri dans les violences lors de cette journée. "Un commandant auquel ses subordonnés ont manifesté si peu de respect ne peut rester en fonctions", a reconnu Martinez en présentant sa démission. Les forces de l’ordre ont repris le travail vendredi, un nouveau chef de la police a été nommé, et un deuil de trois jours a été déclaré. Les blessés sont au nombre de 274, pour la plupart à Quito.  
Selon la chaîne de télévision Ecuavisa, trois hauts responsables de la police ont été placés en détention. La sécurité a été renforcée par l’armée dans les rues entourant le palais présidentiel, et des soldats montent la garde devant les banques pour éviter des pillages.  
Le chef d’Etat socialiste, proche du Vénézuélien Hugo Chavez, a vivement rejeté les demandes des policiers en se montrant au balcon du palais présidentiel, juste après son sauvetage par l’armée. "L’histoire les jugera pour avoir commis un acte aussi stupide et fait tant de mal à la patrie", s’est-il exclamé.  
Vendredi, Correa a reçu plusieurs ministres des Affaires étrangères des pays voisins, lors d’une réunion retransmise par la télévision publique. "

Une purge dans la police?
On s’attend désormais à ce que Correa procède à une purge dans les rangs de la police, voire à ce qu’il choisisse de dissoudre le Congrès pour gouverner quelque temps par décret.  
"Nous ne pouvons pas revendiquer une victoire totale. Nous avons surmonté la crise, mais nous ne pouvons pas baisser la garde", a estimé le ministre des Affaires étrangères, Ricardo Patino, assurant que le gouvernement extirperait les racines du "coup d’Etat".  
Il reste difficile de dire si le président équatorien a effectivement été visé par une tentative organisée de coup d’Etat, comme lui et ses partisans l’affirment, ou si les événements de jeudi ne sont à mettre au compte que d’une manifestation houleuse ayant dégénéré.
R. I./AFP


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel