Le Midi Libre - Midi Associatif - Se réconcilier avec le civisme

Edition du 3 Octobre 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Mots Sur Maux
Se réconcilier avec le civisme
29 Septembre 2010

L’organisation est la clé de la réussite. Et pour avoir une vie paisible, il faut bien contribuer dans l’élimination de ces facteurs de nuisance quotidienne. On ne peut pas contempler et admirer la beauté de nos quartiers et profiter de la belle vue qu’ils nous offrent si on jette des ordures par les fenêtres, et on ne peut pas aussi voir nos enfants s’amuser si on ne leur réserve pas un espace à eux dans nos quartiers. Et on ne peut pas non plus avoir le beurre et l’argent du beurre ; il faut toujours faire des sacrifices pour avoir ce qu’on espère. C’est pareil dans les cités. Il ne faut pas attendre à ce que les autorités nous fassent tout, parce que ce sont nos enfants qui sont privés de leur enfance s’ils ne trouvent pas de leiu où s’amuser en sortant devant chez eux. Il est vrai que l’action individuelle ne peut en aucun cas être fructueuse, mais la volonté de faire, même tout seul, peut réaliser des miracles, ne serait-ce que donner l’exemple à autrui. Il est important de savoir que l’anarchie ne fait que compliquer nos problèmes et nos petits soucis du quotidien et que jamais les autorités locales n’écouteront les préoccupations d’un citoyen seul ni même de centaines de citoyens venus chacun seul, parce que l’anarchie ne mène qu’à une anarchie plus grande. Il est aussi important d’avouer que la majorité de nos problèmes quotidiens sont les fruits de notre ignorance et de notre incivisme. N’est-il donc pas temps de se réconcilier avec nos principes et notre civisme ? N’est-il pas temps encore de renouer avec la nature, l’environnement et la beauté ? N’est-il encore pas temps d’inculquer les bonnes habitudes, les bon exemples et les bon gestes du quotidien à nos enfants ? Il faut dire que se plaindre dans un cadre organisé dans un mouvement associatif donne un aspect officiel ou officieux à nos doléances, auxquelles on peut trouver une solution, alors que ces mêmes réclamations venues d’un citoyen seul n’auront pratiquement aucun effet auprès des instances concernées. Se regrouper dans une association peut donner aux habitants d’un quartier une certaine autonomie par rapport à l’autorité locale, ce qui les encourage davantage à bien gérer leur quotidien. Nous alimentons le sens de la responsabilité chez les locataires qui finissent par comprendre et agir en tant que propriétaires des lieux, non pas ceux de l’Etat, donc ils essayent par tous les moyens de préserver ces biens. En contre- partie, les autorités locales sont plus tranquilles et font de leur mieux pour faire perdurer cet esprit de coopération qui, finalement, arrange les deux parties. A présent, on fait appel aux autorités locales uniquement pour des problèmes majeurs qui demandent beaucoup de moyens que les habitants seuls n’arrivent pas à assumer. L’union fait vraiment la force. Même nous, nous ne donnons le meilleur de nous-mêmes que si on est au sein d’un groupe, parce que chacun de nous sait qu’il sera jugé à travers ce groupe, donc il ne peut que faire de son mieux pour recevoir des compliments au lieu que ça soit des châtiments !! Je veux dire par là qu’en travaillant en groupe, nous essayons toujours tous d’être les meilleurs parce qu’on s’observe les uns les autres. Donc, organisons-nous pour mieux donner parce qu’ensemble nous pourrons avoir un avenir meilleur.

Par : ALI BENCHOUBANE, Président de l’association El- Moussalaha de Boumerdès

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel