Le Midi Libre - La 24 - La ville de Bobigny commémore l’évènement

Edition du 3 Octobre 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Massacres du 17 octobre 1961
La ville de Bobigny commémore l’évènement
3 Octobre 2010

La ville de Bobigny, dans les Hauts de Seine en France s’apprête à célébrer la date du 17 Octobre, en organisant une cérémonie commémorative sur la répression des manifestations du 17 octobre 1961. Plusieurs activités sont annoncées dont la projection du film « 17 octobre 1961, la dissimulation d’un massacre ». La projection de ce documentaire de 52 minutes, indique-t-on, s’inscrit dans le cadre des 10èmes rencontres du cinéma citoyen, prévues du 13 au 19 du même mois dans cette ville.
Le documentaire qui a été réalisé par Daniel Kupferteil, revient sur les traces des manifestations non violentes organisées par des milliers d’Algériens contre le couvre-feu, imposé par l’autorité française, à l’époque. L’objectif du film, explique son auteur, est de contribuer à faire en sorte que les événements du 17 octobre retrouvent toute leur place dans la mémoire collective et d’intégrer ces pages refoulées de l’histoire.
Au programme de cette manifestation commémorative, est prévue l’organisation d’un parcours artistique pour faire revivre la marche pacifique du 17 octobre. Plusieurs autres films documentaires sont annoncés, tels que « Chemin noir » d’Abdallah Badis, retraçant l’intimité d’un parcours, exhumant la vie des manoeuvres algériens de la sidérurgie en France. « Mémoire d’un terroir » et « Aicha, job à tout prix » de Yamina Benguigui, invitée d’honneur du festival, ainsi que plusieurs autres films dénonçant l’ordre colonial et les difficultés auxquelles sont exposés les immigrés, sont également programmés pour l’occasion. Il y a lieu de citer également « Les nuits de la préfecture » de Manuel Frésil et Edie Laconi, un film de vingt minutes qui retrace la situation dramatique dont souffrent les étrangers devant la préfecture de Bobigny, ou, encore, « Ils furent des peuples libres qui tombèrent de plus haut » du réalisateur français Yves Lacoste, qui plaide pour la suppression du ministère de l’immigration et de l’Identité nationale.
Ainsi, ce sont plus d’une quarantaine de films qui seront présentés dans le cadre de ces rencontres cinématographiques, placées sous le thème « Rester fidèle à ses rêves », ainsi que des documentaires, des films inédits, des avant-premières et rencontres de réalisateurs autour du rêve d’indépendance, de justice sociale et de paix. M. B.

Par : Massinissa Benlakehal

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel