Le Midi Libre - Culture - L’édition en Algérie thème d’une soirée littéraire

Edition du 3 Octobre 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Centre culturel algérien à Paris
L’édition en Algérie thème d’une soirée littéraire
3 Octobre 2010

Une soirée littéraire a été organisée tard dans la soirée de jeudi dernier au Centre culturel algérien (CCA) à Paris sur le thème de l’édition et de la publication en Algérie. Cette rencontre, tenue à la faveur du 10 ème anniversaire des éditions Barzakh, et qui a regroupé des hommes de lettre dont Nourredine Saadi, des éditeurs et de jeunes talents, en présence du directeur du centre, le romancier Yasmina Khadra, a permis de faire un état des lieux de la littérature contemporaine algérienne et lancer un jalon supplémentaire, favorable à une action publique encourageant le processus de production et de diffusion du livre dans tous ses segments. Les différentes étapes ayant marqué le cheminement de l’édition en Algérie, du monopole de l’Etat à l’émergence de l’édition privée, ont également été évoquées en présence d’un public venu nombreux prendre part au débat. Sofiane Hadjadj, co-fondateur de Barzakh, a souligné que la stratégie des éditions qu’il codirige, est avant tout, outre la qualité littéraire d’un texte," de donner à entendre des voix qui sont d’abord algériennes, de gens sincères et qui expriment la diversité de ce pays". De nombreux talents ont ainsi été révélés, a-t-il rappelé, tels que El Mahdi Acherchour, Mustapha Benfodil, Habib Ayyoub ou arabophone à l’instar de Bachir Mefti . Sofiane Hadjadj a déploré à cette occasion l’état de l’édition en Algérie, soulignant "l’absence de véritables éditeurs" et relevant que l’édition au sens universel du terme est un travail de relecture autour d’un livre " ce qui n’existe pas ", a-t-il regretté. L’édition en Algérie thème d’une soirée littéraire à invitée à cette soirée littéraire, Kaouther Adimi, un auteur considéré comme une véritable révélation, une algérienne née en 1986 à Alger, étudiante en littérature à Paris a présenté son premier roman ? Des ballerines de papicha » récemment publié aux éditions Barzakh que la critique parisienne a qualifié de ? sensible et percutant ». Un livre qui a su dépeindre comme nul autre, l’histoire d’une famille quelque part dans un quartier populaire d’Alger plongée dans une tourmente abyssale faite de promiscuité, de désúuvrement et de mal-vie et d’où se dégage la solitude des êtres et leur peine à vivre. Un roman savoureux, tendre, délicieux et légèrement cruel, qui se lit d’un seul trait. Intervenant dans le débat, l’écrivain Nourredine Saadi a cité les particularités de la littérature algérienne dues aux différentes langues (arabe, français, amazigh,) et qui fait sa richesse tant dans la narration que dans la forme esthétique originale.
Nourredine Saadi qui enseigne le droit à Paris est auteur de deux romans aux éditions Albin Michel " Dieu le fit" (1996) et " la maison de lumière " (2000).Il a également publié deux monographies d’artistes peintres consacrées à Rachid Koraïchi (Acte sud-1998) et Denis Martinez (Barzakh-2003) L’Ambassade des Pays-Bas à Alger a décerné en septembre dernier le Grand Prix 2010 de la Fondation Prince Claus pour la Culture et le développement aux éditions Barzakh en Algérie, rappelle-t-on. Selon les recommandations du jury, le Grand Prix Prince Claus " est un hommage à la maison d’édition Barzakh pour la façon dont elle donne une forme concrète aux voix algériennes, pour avoir ouvert un espace de réflexion critique tellement nécessaire sur les réalités algériennes, pour avoir construit une passerelle entre des langues et des cultures différentes, et pour avoir rompu de manière créative la menace d’isolation culturelle du pays".
APS


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel