Le Midi Libre - evénement - Tebboune exige l’aval de l’Intérieur

Edition du 1 Septembre 2021



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Dépénalisation de l’acte de gestion
Tebboune exige l’aval de l’Intérieur
1 Septembre 2021

Les autorités chargées d’enquêter auprès des responsables locaux concernent d’éventuelles erreurs de gestion ou mauvaises appréciations, sont désormais tenues d’avoir au préalable l’aval du département de l’Intérieur afin d’entamer l’instruction.

Il s’agit d’une instruction signée par le président de la République Abdelmadjid Tebboune, distribuée sur les secteurs de la Police nationale, de la sécurité intérieure, de la gendarmerie ainsi que la justice. En d’autres termes, il s’agit de la dépénalisation de l’acte de gestion en vue, dit-on, de favoriser le climat général des affaires et l’investissement en Algérie. Selon l’instruction présidentielle, les cadres locaux se montrant de plus en plus réticents à signer les autorisations nécessaires de peur de poursuites judiciaires. Après l’avoir annoncé il y a une année, soit le 19 août de l’année dernière, Tebboune vient de passer à l’action. Dans son instruction, il a souligné que "plusieurs projets restent actuellement suspendus, ce qui empêche leurs exploitations, malgré qu’ils sont achevés".

L’aval du ministère de l’Intérieur

Cela revient, selon la même source, à plusieurs facteurs "liés essentiellement aux procédures de conformité et aux autorisations d’exploitation prévues par la réglementation". Une situation due aux retards accumulés dans le traitement des dossiers à cause de la réticence des responsables locaux de peur de poursuites judiciaires. Si cette situation a eu une grande influence sur la relance de l’économie nationale et la création d’emplois pour les jeunes, la nouvelle mesure intervient dans le but d’alléger la pression sur les responsables locaux qui font objet de poursuites durant ces dernières années, indique-t-on encore.

Ainsi, "le ministre de la Justice, les services de la police, de la sécurité intérieure et de la gendarmerie, sont instruits de ne pas diligenter d’enquêtes ou engager des poursuites judiciaires à l’encontre de responsables locaux sans l’avis du ministr de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire". Et ce, "dans l’attente de l’adoption du dispositif législatif y afférents à notre réalité économique, notamment la décriminalisation de l’acte de gestion", lit-on encore dans le document. Par ailleurs, la note ajoute que "si le responsable signataire de l’autorisation, des membres de sa famille ou ses amis, ne tirent aucun profit de l’acte de gestion objet de criminalisation, cet acte ne doit être traité que dans le cadre de la faute administrative et ne peut être puni qu’en tant que tel".

Par : LAKHDARI BRAHIM

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel