Le Midi Libre - evénement - L’État ne se désengagera pas, selon Djamel Kaouane

Edition du 14 Fevrier 2018



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Soutien à la presse
L’État ne se désengagera pas, selon Djamel Kaouane
14 Fevrier 2018

Le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, a affirmé hier à Alger que l’État ne se désengagera pas du soutien à la presse, soulignant que des aides seront dégagées à travers le Fonds d’aide à la presse qui est en cours de constitution.

L’État "ne se désengagera pas de son soutien multiforme à la presse, impactée par la crise économique qui touche l’Algérie, à l’instar des autres pays dans le monde", a affirmé Djamel Kaouane qui s’exprimait sur les ondes de la chaîne 3 de la Radio nationale, relevant, toutefois, que la presse nationale "doit trouver les ressources nécessaires pour passer ce cap et se redéployer".

"Il s’agit d’un soutien indirect à travers la publicité institutionnelle et l’impression des journaux", a expliqué le ministre, faisant observer que "de bout en bout de la chaîne, le papier et les intrants sont soutenus". Il a ajouté que "d’une manière directe, il y aura des aides à travers le Fonds d’aide à la presse, qui est en cours de constitution", précisant que "sans ces formes de soutien direct ou indirect et sans le soutien de l’État, aucun média ne pourrait survivre à un marché très difficile". Interrogé sur les dettes des titres de la presse nationale envers les sociétés d’impression publiques, le ministre a indiqué que ces dettes sont "très importantes", relevant au passage que le marché de la publicité "est en crise".

Selon Djamel Kaouane, les chiffres d’affaires de certains annonceurs ont chuté de plus de 60 %, ce qui a eu des effets sur les médias, a-t-il relevé, estimant, à ce propos, que "le modèle économique de la presse algérienne doit être revu". Dans le même sillage, il a fait remarquer que la loi sur la publicité "ne concerne pas uniquement le volume d’annonces destinés aux journaux, mais elle relève aussi d’une question de régulation, d’éthique et de contenu". Concernant la mise en place de l’Autorité de régulation de la presse écrite (Arpe),

il a indiqué que "c’est une priorité quifigure dans le plan d’action du gouvernement", rappelant, à cet effet, l’engagement du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour la création de cette Autorité. Il a rendu hommage au président de la République pour les réformes engagées dans la modernisation du secteur, notamment à travers la création des différents organes de régulation, qui constituent"une avancée importante" pour le secteur de la communication. Evoquant la question de la liberté d’expression dans lepays, le ministre a précisé qu’elle est "pleine et entière et qu’elle est consacrée par la Constitution".

A une question sur d’éventuelles pressionssubies par la presse, M. Kaouana nié l’existence de telles pressions : "Nousn’exerçons aucune pression sur les médias et nous regardonsavec une certaine bienveillance son évolution, y compris dans ses excès. Nous ne sommes pas les rédacteurs en chef de la presse algérienne et notre rôlen’est pas d’être des commissaires politiques", a-t-il affirmé. Kaouane a rappelé, en outre, que "le président de la République veille scrupuleusement au respect de la liberté d’expression", ajoutant que"notre mission est de veiller à ce que l’engagement et le soucidu Président soient traduis dans la réalité".

"Il appartient à la presse de veiller à ne pas tolérer les abus et les atteintes aux personnes qui sont malheureusementpresque quotidiens", a-t-il déploré.

Par : RAHIMA RAHMOUNI

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel