Le Midi Libre - evénement - Souscripteurs à vos marques sur le Web !

Edition du 14 Septembre 2013



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Sous la Plume
Souscripteurs à vos marques sur le Web !
14 Septembre 2013

Mais chez les souscripteurs, ceux qui sont vraiment dans un réel besoin, ils ne pensent pas à la triche mais s’interrogent plutôt sur le temps que prendra le secteur en charge pour la réalisation de leur logement. L’exemple des souscripteurs de l’AADL de 2001 et 2002 vient conforter les inquiétudes de ceux qui caressent depuis fort longtemps le rêve de posséder une maison bien à eux.

Il y a du nouveau à l’AADL. Après les fastidieuses inscriptions où les citoyens étaient obligés de jouer du coude pour déposer leurs dossiers. Aujourd’hui l’Agence pour l’aide au logement se met à la page des technologies de communication. Les souscripteurs devront consulter le site web créé par la direction générale.

Attention tricheurs abstenez-vous car toute déclaration frauduleuse entraînera l’annulation pure et simple de la demande, parole de scout ! Mais chez les souscripteurs, ceux qui sont vraiment dans un réel besoin, ils ne pensent pas à la triche mais s’interrogent plutôt sur le temps que prendra le secteur en charge pour la réalisation de leur logement.

L’exemple des souscripteurs de l’AADL de 2001 et 2002 vient conforter les inquiétudes de ceux qui caressent depuis fort longtemps le rêve de posséder une maison bien à eux. Cette nouvelle formule doit être un sas pour tous ceux qui s’aventureraient à gonfler leurs émoluments pour le salaire exigé pour être éligible. Chez nous , les Algériens sont passés maîtres dans l’art de la feinte et la roublardise.

Il y a aussi le volet réalisation qui tracasse les prétendants au logement. Les pouvoirs publics s’engagent en théorie à réaliser 120. 000 unités par an, sur le terrain 50.000 seront un chiffre honorable. Mais que deviennent les anciens dossiers des tranches 2001 2002, certains par lassitude, n’ont pas donné suite aux convocations au renouvellement de leurs dossiers.

Pour certains souscripteurs, un élément est venu changer la donne celui d’une augmentation de salaire qui fait que le souscripteur n’émarge plus au registre de l’AADL mais à celui du LPP en fonction des critères qui régissent la formule. Un grand point d’interrogation sur le grand écart entre les deux pour lequel le ministère de l’Habitat n’a pas encore tranché. Aujourd’hui, les milliers de candidats éligibles aux deux formules ne devront plus attendre la St Glin Glin, tout au plus deux ans à deux ans et demi pour occuper leur logement parole de ministre.

Par : Soraya hakim

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel