Le Midi Libre - Santé - Possible de jeûner, mais…

Edition du 1 Août 2011



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Diabète et ramadhan
Possible de jeûner, mais…
1 Août 2011

Hypoglycémie, déshydratation, déséquilibre glycémique… Le jeûne du Ramadhan pour un diabétique, présente des réels risques. Pour autant, beaucoup de patients choisiront de le respecter. Un choix qui devra être anticipé, et guidé par un suivi médical adapté.
Peut-être ne le saviez-vous pas, mais le Coran peut dispenser les diabétiques (entre autres) de l’observance du jeûne. Ou pour le moins, le rendre moins contraignant. Le verset 185 de la Sourate 2 stipule en effet que « quiconque est malade pourra jeûner un nombre égal de jours à d’autres moments de l’année ». Si malgré cela vous décidez de respecter le 4e pilier de l’Islam, aidez-vous de ces quelques conseils :
Chez un diabétique de type 1, le pancréas ne produit pas d’insuline. Le patient est donc dépendant de ses injections régulières. Il est en effet important de préserver l’insulinémie de base (basale) qui permet de maintenir une glycémie stable. L’injection a lieu toutes les 24 heures. Elle peut donc se faire le soir, ou tôt le matin.
Quant à l’insuline rapide, elle permet de contrôler les montées glycémiques qui peuvent survenir après les repas. Les injections ne doivent se faire qu’avant de se mettre à table. Un diabétique de type 1 qui gère sa glycémie peut très bien respecter le Ramadhan Cependant, le jeûne est contre-indiqué chez un patient dont le diabète serait mal équilibré. Dans le cas d’un diabète de type 2, les risques sont plus importants. Certains traitements oraux en effet, exposent à un risque d’hypoglycémie. Dans ce cas, deux problèmes peuvent survenir :
Si le patient continue son traitement mais ne mange pas, il risque de faire une hypoglycémie ;
S’il arrête son traitement au contraire, les conséquences de cette erreur peuvent être dramatiques. Il existe alors un risque d’hyperglycémie majeure, allant parfois jusqu’au coma diabétique.
C’est pourquoi le Pr Cariou insiste sur la nécessité « d’en parler à son médecin ou son diabétologue. Il n’est pas fermé, sa réponse ne sera pas un Non catégorique. Il pourra vous dire si votre traitement oral est à risque d’hypoglycémie, et vous en proposer un
autre » Avant d’ajouter, « les progrès des traitements ne font en effet plus du diabète une contre-indication stricte à l’observance du Ramadhan. L’auto surveillance glycémique est capitale, et surtout si vous faites un malaise, aucune hésitation :
re-sucrez-vous ! »
En pratique, le respect du Ramadhan est donc possible :
Dans le cas d’un diabète de type 1 bien contrôlé ;
Chez les diabétiques de type 2 stables, dont le traitement par voie orale ne les expose pas au risque d’hypoglycémie ; Chez les patients qui ne présentent aucune des complications qui peuvent être liées à la maladie.


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel