Le Midi Libre - Supplément Magazine - Inscrites en 1982 au Patrimoine mondial de l’Unesco

Edition du 6 Avril 2011



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Peintures rupestres du Tassili N’Ajjer
Inscrites en 1982 au Patrimoine mondial de l’Unesco
30 Mars 2011

Les peintures rupestres du Sahara sont des œuvres néolithiques, peintes et gravées à même la pierre dans le désert du Sahara. Il s’agit de peintures représentant la vie des hommes néolithiques et principalement la faune qui les entoure. Leur datation est difficile, mais les préhistoriens estiment que leur création date d’une période comprise entre 5.000 et 1.000 ans avant J.-C. Les peintures rupestres du Tassili N’Ajjer couvrent plus de 6.000 ans d’histoire et sont répertoriées en plusieurs périodes.

Les gravures et peintures rupestres qui abondent dans le Sahara correspondent à différentes phases chronoculturelles de ce désert. Elles sont d’une grande fragilité. L’Art saharien présente souvent une succession sur les rochers d’images d’animaux, véritables indicateurs de la chronostatigraphie de l’art. Aujourd’hui, ces peintures sont menacées par la fréquentation touristique des sites rupestres du Sahara ainsi que par les dégradations qui en découlent. Les peintures des Ajjer ont été découvertes en 1934 par le lieutenant Brenans et sont depuis 1982 inscrites au Patrimoine mondial de l’Unesco.
Toutes les peintures et gravures du Tassili N’Ajjer sont d’une grande finesse, d’une exceptionnelle qualité d’exécution et très réalistes. Elles recouvrent pour la plupart les parois d’abris situés aux pieds des rochers en grès du plateau mais certaines d’entre elles sont à ciel ouvert et recouvrent des pans entiers du massif. Elles représentent des scènes de la vie quotidienne mêlant figuration d’êtres humains et d’animaux. Certaines devaient probablement faire partie d’un rituel destiné à assurer une chasse prolifique à la tribu. Grâce à ces œuvres, les chercheurs et scientifiques ont pu confirmer que le Sahara loin d’avoir été toujours un désert était, au contraire, un lieu verdoyant parsemé de points d’eau où poussaient arbres et fleurs et où les animaux vivaient en troupeaux. Le bestiaire fort complet représenté nous permet de savoir quels animaux sauvages vivaient à cette époque aux abords du Tassili, éléphants, hippopotames, girafes, gazelles…

Par : Ourida Ait Ali

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel