Le Midi Libre - Culture - Concert rock pour les enfants

Edition du 6 Avril 2011



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Zik’Boum à Alger
Concert rock pour les enfants
6 Avril 2011

Les Zik’Boum vont-ils réussir à réveiller «la Belle au bois dormant» ? C’est la question à laquelle les enfants pourront répondre après le concert exceptionnel animé par le groupe Zik’Boum mardi 12 avril 2011 de 15h à 17h au Centre culturel français d’Alger.

Trois musiciens, Anthony Alborghetti à la guitare, Stéphane Léandri à la batterie et Johnny Ferracci à la basse feront de cette après-midi une journée marquée par de belles tonalités musicales.
Les enfants se prêteront au jeu en découvrant pour la première fois ce groupe. Avec ce concert de rock, destiné aux bambins de plus de sept ans, plus d’une heure durant, les comptines enfantines vont être dépoussiérées et revisitées en version rock, house, biguine, bossa, ou encore reggae, rap et funk.
Avec la mise en scène de Julien Héteau, les tous jeunes spectateurs verront un trio de choc qui leur proposera un conte de fée sous une autre facette. Alors que d’autres personnes adaptent des comptines pour enfants en spectacle théâtral, ce groupe a opté pour un concert de rock destinée aux enfants. Une manière de détourner ces enfants des concerts d’adultes qui ne leur sont pas destinés. Ce groupe est composé de personnes aux riches parcours. Ainsi Anthony Alborghetti est un enfant de la balle. Il s’initie très tôt aux joies de la pelote basque en haute montagne, et au dressage de Yétis en milieu naturel. Dans le parc de la Vanoise il participe au premier concours de déclenchement d’avalanche par le chant tyrolien,Sculpteur à ses heures, il réalise à Tignes en 1999, une guitare en glace de 30 mètres de haut.Il écrit de nombreuses méthodes unanimement reconnues La guitare en parapente et le banjo sur piste noire, avant de rencontrer les deux compères de Zik’Boum. Johnny Ferracci, quant a lui, a été initié, dès son plus jeune âge, aux rites vaudous du bayou par son oncle sioux qui lui apprend le dressage des crocodiles par hypnose. De retour sur son île, il s’essaye au violon sans succès, avant que son ami le géant vert lui offre sa première basse, et c’est alors la révélation : l’instrument plus adapté à sa stature de titan, ronronne sous ses doigts et fait également merveille, à la chasse au sanglier. Il participe en 1980 avec succès à la première chorale polyphonique en apnée sous la direction de Jacques Maillol, et signe la fameuse méthode La cueillette de la châtaigne à la basse électrique sans effort qui devient rapidement un best-seller.
Puis vient le tour de Stéphane Léandri pour composer au complet ce trio. Ce dernier a été disciple de "Animal" le batteur du Muppet Show. Il fait ses classes dans le chœur d’enfants de l’Amicale des bouchers du Fossés-Saint-Jacques, avant d’intégrer le Dojo Kantipoura où il apprend à manier les baguettes chinoises et le roulé de nems. Attiré par la trompette, il sera finalement renvoyé du Conservatoire, pour avoir crevé le tympan de M. Tournesac, son professeur, et finira sa formation en tenant la cloche dans le Roi Lion, lors de sa version malentendant sous-titrée. Il est inscrit au Guiness Records en 2001 pour avoir joué sans s’arrêter l’ostinato de caisse claire du Boléro de Ravel plus de 2.758 fois en 24h.

Par : Kahina Hammoudi

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel