Le Midi Libre - evénement - Rencontre au sommet aujourd’hui

Edition du 18 Décembre 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Alliance présidentielle
Rencontre au sommet aujourd’hui
18 Décembre 2010

Les partis de l’Alliance présidentielle reprennent langue au plus haut niveau. Les leaders des trois partis politiques, en l’occurrence le FLN, le RND et le MSP tiendront, en effet, une conférence au sommet dans l’après-midi d’aujourd’hui au siège du vieux parti. A l’occasion de cette rencontre, la présidence tournante de ce groupe politique échoira au vieux parti qui prendra ainsi le relais du parti que dirige le Premier ministre, Ahmed Ouyahia. Le RND assume cette présidence tournante depuis le dernier sommet qui remonte déjà au début du mois de février dernier dépassant ainsi largement la période des trois mois consacrée par les statuts de ce groupe politique. Ce retard dans la tenue d’un conclave au sommet, que d’aucuns ont imputé à des divergences politiques entre les trois partenaires, est dû au fait que le FLN n’était pas encore prêt à prendre le relais du RND demandant par conséquent à chaque fois le report de cette rencontre. Le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem, a en effet indiqué que son parti avait un agenda assez chargé. Il a ainsi cité les préparatifs relatifs à la commémoration des festivités du 1er Novembre, la préparation de la conférence internationale sur les détenus palestiniens ainsi que la déclaration de politique générale présentée par le Premier ministre devant l’APN vers la fin du mois d’octobre. Mais toutes ces raisons n’empêcheront pas observateurs et analystes de dire que l’Alliance présidentielle était en hibernation. Une hibernation qui traduit le malaise dans lequel se trouve ce groupe politique qui n’accorde ses violons que de manière circonstancielle, comme lorsqu’il s’agit d’apporter son soutien au programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika ou pour voter des lois à l’APN et faire ainsi barrage à toutes velléités d’opposition. Le reste du temps les trois partis se livrent à des querelles de clochers.
Cela est notamment le cas entre le FLN et le RND qui ne se font pas de cadeaux. Le patron du FLN prend ainsi un malin plaisir à donner le tempo en se mêlant directement à cette sourde bataille. Il n’a pas hésité il y a quelques mois à qualifier le RND de « nouveau  parti » par opposition bien évidemment au sien qui est le doyen de la classe politique nationale. Tout récemment, un clash à l’APN a illustré on ne peut mieux cette relation difficile qu’entretiennent les deux frères ennemis. Le chef du groupe parlementaire du FLN, Layachi Daadoua, à l’APN, a provoqué le courroux des élus du RND les poussant jusqu’à quitter l’hémicycle. Layachi Daadoua, qui s’exprimait lors du débat sur la déclaration de politique générale du gouvernement, a minimisé le rôle du Premier ministre, qui est aussi secrétaire général du RND, en indiquant que tout le mérite revient au président de la République. Il est aussi arrivé à Ahmed Ouyahia de faire montre publiquement de sa divergence avec le FLN comme c’était le cas à propos de la proposition de loi relative à la criminalisation du colonialisme lorsque il a estimé «qu’il ne faut pas faire de l’Histoire un fonds de commerce politique ».
Toujours à propos de cette question, un des membres du bureau national du RND, en l’occurrence Sedik Chiheb, est allé plus loin lorsqu’il a indiqué que « nous n’avons pas besoin des excuses de la France ». Cette rivalité entre ces deux partis, qu’observe amusé le MSP très affaibli par son implosion suite à la création par les dissidents d’un mouvement politique, ira certainement crescendo à l’avenir puisque les élections législatives et locales, prévues en 2012, pointent à l’horizon.

Par : Kamal Hamed

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel