Le Midi Libre - Culture - Entre la dextérité de l’artiste et le doigté de la dentiste

Edition du 17 Juillet 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Entre la dextérité de l’artiste et le doigté de la dentiste
17 Juillet 2010

Partagée entre son métier de chirurgien dentiste et son amour pour la peinture et la sculpture, Leila Ameddah est l’une de ces femmes algériennes que retiendra l’histoire universelle des beaux arts. Elle s’est faite répertorier dans les bibliothèques internationales, après un parcours de vingt longues années, en autodidacte.

La révélation
Natif d’un père d’origine kabyle et d’une mère chaouia, Leila est issue d’une famille d’artistes et d’intellectuels qui a toujours vécu à Batna-Ville. Elle a été influencée dans son enfance par son frère ainé Djamel Eddine, actuellement docteur d’Etat en robotique, et qui dessinait au fusain, (une sorte de crayon charbonné) des portraits. Djamel aura marqué indélébilement sa sœur Leila qui l’imitait au crayon noir. Et la passion se transforma en vocation .Ainsi, la fillette   se révèle à elle-même, puis à son entourage. Le père enseignant, aujourd’hui âgé de 75 ans, a encouragé sa progéniture qui multipliait les griffonnages sur des bouts de contre plaqué. Ce sera une révélation, découverte pour Leila qui persévère.       

L’aventure
En 1983, bachelière, Leila produit sa première toile, une peinture à l’huile sur toile montrant une jeune fille en train de lire. Admirable première et du dessin et de la calligraphie arabe selon les connaisseurs. Ces essais se répétaient. durant le cursus universitaire, jusqu’en  1988, avec en parallèle des expositions à Batna et Constantine. Le public, universitaire plus particulièrement, appréciait les œuvres de l’autodidacte. C’est la période de l’aventure de la peinture  entre le réalisme et le  surréalisme, précise-t-elle. En spécialité chirurgie dentaire, l’élève universitaire découvre, à la faveur d’un module, «Prothèse dentaire» que la sculpture est sa deuxième vocation. Le savon et plâtre aidant, Leila s’aventure alors dans l’art de mouler la matière. Diplômée en chirurgie dentaire, la dentiste Leila opte de 1989 à 2000 pour le réalisme, dans la peinture, mettant en veilleuse sa vocation de sculptrice qui «demande de longs temps libres», dit-elle, préférant se perfectionner dans son métier de dentiste d’abord.
B. A.


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel