Le Midi Libre - Midi Kabyle - Le handicap n’est pas une tare

Edition du 29 Avril 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Yamina Mahdad
Le handicap n’est pas une tare
28 Avril 2010

Il est de ces femmes à la fois tenaces et volontaires que rien ne peut arrêter dans leurs élans et leur volonté à réussir dans la vie, même avec un handicap majeur, comme celui de l’usage de la parole.
Le cas de Yamina Mahdad, cette jeune femme d’une trentaine d’années, habitant la commune de Béni Zmenzer, dans la wilaya de Tizi Ouzou, est édifiant dans la mesure où luttant contre vents et marées et prenant son mal en patience, elle a pu surmonter toutes les difficultés inhérentes au métier qu’elle s’est choisie de faire, à savoir le dessin, la peinture et la broderie sur soie.
N’ayant jamais été à l’école, ses parents ne disposant pas de moyens nécessaires pour l’envoyer dans une institution spécialisée, Yamina n’a, à aucun moment, quitté son village natal où elle a vécu toute son adolescence.
C’est au domicile familial et toute seule, nous confie sa mère, qu’elle s’est initiée à l’art pictural en essayant de reprendre les dessins que faisaient ses frères et sœurs à l’école. D’ailleurs, tout le monde l’encourageait à la maison, on lui apprenait même à écrire, c’est pourquoi maintenant elle arrive à signer ses œuvres.
Toute la famille trouvait qu’elle était douée d’un don et d’une intelligence inouïs, car elle assimilait très vite et travaillait avec beaucoup de patience tout ce qu’elle entame, sans aide extérieure aucune.
Ses réalisations n’ont pas manqué d’attirer l’attention à l’occasion d’une manifestation culturelle au village, où les gens découvrirent la femme et ses œuvres pour la première fois. Ce sera le déclic, puisque plusieurs propositions lui sont faites pour participer à quelques expositions à l’échelle nationale ou son travail fut fort apprécié.
Actuellement, elle est toujours à la maison, sa maman qui essaie d’expliquer ce que veut sa fille, nous fait part des vœux de Yamina qui ne sont pas vraiment difficiles à concrétiser. Elle rêve entre autre d’avoir un petit matériel et un petit espace à elle, pour mieux réussir ses œuvres, comme elle voudrait être inscrite dans une école spécialisée, afin de maîtriser les techniques du langage des signes.
Au niveau local, le problème de Yamina n’est même pas pris en charge. Les différentes correspondances adressées à qui de droit n’ont même pas servi à lui obtenir la pension pour handicapé qui lui revient de droit.
K.Z.


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel