Le Midi Libre - evénement - Djoudi réaffirme le droit de préemption de l’Etat algérien sur toute cession de Djezzy

Edition du 29 Avril 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Djoudi réaffirme le droit de préemption de l’Etat algérien sur toute cession de Djezzy
29 Avril 2010

L’entreprise de téléphonie mobile OTA, qui exploite la marque Djezzy, ne sera certainement jamais vendue à l’insu de l’Etat algérien.
C’est ce que vient d’indiquer le ministre des Fiances qui, dans une déclaration à la presse, hier, en marge d’une séance plénière de l’APN, a rappelé les dispositions de la législation algérienne en la matière.
«L’Etat a élaboré des lois qui sont faites pour être appliquées. Nous avons des dispositions et nous veillerons à ce qu’elles soient appliquées», a-t-il, en effet, indiqué infirmant implicitement certaines informations relatives à la probable vente de Djezzy à un opérateur étranger. Karim Djoudi a ainsi rappelé que l’Etat algérien dispose du droit de préemption sur toute cession de Djezzy à un opérateur étranger. Il a de même rappelé que dans toute opération de cession d’actifs, l’Etat, conformément aux lois en vigueur, «prend la majorité des actions, sot 51% des parts». Le ministre, qui s’est montré fort réticent lorsque il a été interpellé par les journalistes a aussi souligné que lors de transferts de dividendes à l’étranger par une entreprise étrangère l’Etat, prend 20% sous forme de droits fiscaux. Enfin, le ministre dira que ses services ont informé les responsables de cette entreprise de ces dispositions. En somme, comme il l’a déclaré, «Djezzy est soumis aux lois algériennes». K. H.


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel