Le Midi Libre - Sport - Paraguay

Edition du 7 Avril 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Portrait Groupe «F»
Paraguay
7 Avril 2010

Sur la lancée de la meilleure campagne qualificative de son histoire, la sélection paraguayenne va disputer sa quatrième Coupe du Monde de la FIFA consécutive. À cette occasion, elle sera bien décidée à prouver qu’elle est à la hauteur des deux ogres du continent sud-américain. L’Albirroja dirigée par l’Argentin Gerardo Martino semble présenter le profil indiqué pour confirmer les promesses formulées lors des éditions 1998 et 2002, où les Guaranis sont tombés contre deux futurs finalistes : la France et l’Allemagne.

Si elle affiche une solidité défensive qui s’est érigée en tradition pour le Paraguay, la sélection actuelle semble posséder un plus sur le plan offensif. En attaque, elle peut en effet compter sur des joueurs puissants et adroits capables de mettre à mal n’importe quelle défense. Voilà la principale différence entre cette équipe et celle qui n’a pu passer le premier tour à Allemagne 2006. Les vétérans de cette campagne ratée ont su tirer les enseignements de leur échec et seront prêts à relever le défi avec panache sur le sol sud-africain.

En route vers l’Afrique du Sud
Pour la première fois depuis l’adoption du nouveau format qualificatif, le Paraguay a réussi à dépasser la barre des 30 unités. Les Guaranis ont ainsi empoché 33 points, fruits de 10 victoires - meilleur total avec le Chili -, 3 nuls et à peine 5 revers. Les Paraguayens ont assuré leur qualification le 9 septembre 2009, lors de la 16e journée, qui les a vus battre les Argentins 1:0 à Asunción. L’euphorie a été telle que le Président du pays, Fernando Lugo, a déclaré le lendemain jour férié. La sélection paraguayenne a bâti son succès au stade Defensores del Chaco, véritable forteresse où elle a gagné 7 matches. Cela dit, elle ne s’est inclinée qu’à trois reprises à l’extérieur et les 12 points récoltés hors de ses bases témoignent de sa faculté à évoluer dans des environnements hostiles. Raison de plus que pour que ses adversaires à Afrique du Sud 2010 se méfient d’elle.

Le sélectionneur
Né le 20 novembre 1962 à Rosario, Gerardo Martino fait partie des stratèges argentins qui font parler d’eux dans le football sud-américain. Talentueux milieu offensif dans les années 1990, el Tata débute sa carrière d’entraîneur en 1998 en dirigeant plusieurs petits clubs argentins. En 2002, il débarque au Paraguay, où il fait les beaux jours de Cerro Porteño et surtout de Libertad. Souvent comparé à son maître à penser Marcelo Bielsa, Martino est invité à remplacer Aníbal Ruiz à la tête de la sélection paraguayenne. Avec sérieux, sens des responsabilités et humilité, l’Albirroja va réussir les meilleures qualifications de son histoire.

Les joueurs vedettes
Le sélection albirroja compte dans ses rangs des joueurs de renom qui évoluent pour la plupart en Europe. Si elle possède de bons éléments dans toutes les lignes, c’est en attaque que l’on trouve la plus grosse concentration de grands noms. On ne présente plus Roque Santa Cruz. Même s’il a été absent pendant la majeure partie des qualifications, il est l’attaquant phare du dispositif guarani. Mais l’ancien joueur du Bayern Munich n’est pas seul : malheureusement Salvador Cabañas ne sera pas du voyage après avoir été blessé par balle au Mexique, mais Nelson Haedo Valdez et Oscar Cardozo ont montré toutes leurs qualités en claquant but sur but lors du parcours qualificatif. Ces deux hommes sont prêts à faire le grand saut. Les trois artilleurs auront su tirer les enseignements de leur échec de 2006 pour revenir plus forts en 2010.

Passé en Coupe du Monde de la FIFA
- En Afrique du Sud 2010, le Paraguay va disputer sa huitième Coupe du Monde de la FIFA, la quatrième consécutive.
- Le Paraguay n’a jamais gagné deux matches au cours d’une même édition. De même, il n’a jamais passé le stade des huitièmes de finale.
- Sur l’ensemble de ses participations à la Coupe du Monde de la FIFA, le Paraguay affiche un bilan de 6 victoires, 7 nuls et 9 défaites.

Entendu...
"Le secret de notre qualification, c’est le travail silencieux et responsable des joueurs et de tous les professionnels qui encadrent la sélection. Si nous n’avions pas atteint l’objectif comme l’ont fait mes prédécesseurs, nous serions entrés dans l’histoire de façon négative. Quand on dirige une sélection, on le fait pour deux choses : rester longtemps à son poste ou entrer dans l’histoire. Moi, j’ai choisi la deuxième option." - Gerardo Martino, sélectionneur. AFP


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel