Le Midi Libre - evénement - Vers un congrès de l’Alliance dans la région de Kidal

Edition du 9 Janvier 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Réunion de l’Alliance démocratique Nord Mali pour le changement à Alger
Vers un congrès de l’Alliance dans la région de Kidal
9 Janvier 2010

Préparer le terrain à une conférence plus large des différentes factions des touaregs maliens a été au centre des discussions de la réunion de concertation regroupant les cadres dirigeants de l’Alliance démocratique Nord Mali pour le changement (ADNMC) dont les travaux se sont ouverts, jeudi, à Alger. Cette rencontre, à laquelle prennent part les représentants des parties de l’ADNMC, cosignataires de l’accord d’Alger 2006, se veut une opportunité pour les participants de «discuter des différents problèmes ayant empêché la concrétisation de cet accord et réfléchir aux voies et moyens permettant de trouver des solutions à cette situation». Selon le porte-parole de l’Alliance, M. Hamma Ag Sid Ahmed, cette réunion «s’impose d’elle-même», compte-tenu, a-t-il dit dans une déclaration à la presse, de «la dégradation de la situation sécuritaire» dans cette région (nord du Mali). «Il y a urgence de tenir cette rencontre», a-t-il ajouté. Pour ce qui est des points qui seront abordés lors de cette réunion qui se tient à huis clos, le même responsable a indiqué qu’il s’agit de «faire le bilan de l’accord d’Alger, de son application, de ce qui a été fait et ce qui n’a pas été fait». Faisant état de l’existence d’une «impasse politique» entre les touaregs et le gouvernement malien, le porte-parole de l’Alliance a estimé que l’accord d’Alger «n’a pas été appliqué dans son intégralité, d’où la nécessité de tenir cette rencontre pour faire une évaluation de la situation».
Le même responsable a relevé, par la même occasion, l’importance de cet accord qu’il a considéré comme un «acquis à préserver», dans la mesure où, a-t-il affirmé, il «nous a permis de rétablir la confiance complètement perdue ces dernières années». «Nous allons discuter de tous ces aspects qui s’inscrivent dans l’esprit et la lettre de l’accord d’Alger, et il s’agit, aujourd’hui, de concrétiser l’accord sur le terrain et œuvrer ensemble à sécuriser notre région», a-t-il poursuivi. Hamma Ag Sid Ahmed a indiqué que l’Alliance exige, d’autre part, la mise en place d’un plan d’insertion des «combattants touaregs» en vue de prendre en charge leurs préoccupations, «sans pour autant négliger les autres aspects de l’accord d’Alger». La réunion évoquera, par ailleurs, la possibilité de tenir un congrès de l’Alliance dans la région de Kidal pour examiner toutes les propositions qui seront faites à ce sujet, y compris celle de transformer cette mouvance (ADNMC) en parti politique, a fait savoir le même interlocuteur, estimant que «désormais la balle est dans le camp du gouvernement malien». M. Hamma Ag Sid Ahmed a, enfin, salué le rôle de l’Algérie «en tant que pays facilitateur qui nous a offert cette opportunité pour mettre en avant les problèmes rencontrés et réfléchir aux solutions». Au sujet du rôle de l’Algérie dans le processus du rétablissement de la paix et de la sécurité dans la région nord du Mali, M. Hamma Ag Sid Ahmed a fait savoir que l’Algérie est «le garant légal» de l’accord de paix signé en 2006, soulignant qu’elle est également «partie prenante» dans ce processus de paix.
Y. D.

Par : YOUNES DJAMA

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel