Le Midi Libre - Midi Centre - Si la ville m’était contée

Edition du 24 Septembre 2009



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Tablat (Médéa), Dans les méandres du passé
Si la ville m’était contée
24 Septembre 2009

Quand on arrive à Tablat au printemps, en descendant l’oued el Had qui rejoint l’oued Isser un peu plus bas, ce qui se remarque, c’est la verdure due à un climat pluvieux et froid l’hiver.

L’origine du nom est berbère Tablat est un mot qui, en kabyle, peut désigner une quelconque caillasse, pierre ou caillou. Quand on arrive à Tablat au printemps, en descendant l’oued el Had qui rejoint l’oued Isser un peu plus bas, ce qui se remarque c’est la verdure due à un climat pluvieux et froid l’hiver. Après 1830, les tribus de ces montagnes étaient, par nous, qualifiées de Kabyles. Ce sont elles qui harcelaient nos postes proches de la Mitidja dès 1835 et qui nous obligèrent même, en 1839, à tous les évacuer, sauf Fondouk. L’origine du centre est française. C’est une création française ex nihilo dans un site difficile d’accès et peu susceptible d’assurer la prospérité des colons attirés là par la IIIe république. En 1876, il y a eu la création d’un centre de peuplement européen. D’autre part, Tablat est implanté au fond d’une vallée étroite où se rejoignent deux oueds. Avant les Français, Tablat n’existe pas en tant que centre de peuplement, c’était un lieu-dit dans un fond de vallée inondable. Les mechtas étaient, comme aujourd’hui, situées sur les hauteurs déboisées ou à mi-versant, mais toujours à l’écart des lits d’oued, de leurs débordements et des mares à moustiques. Le colonel Niox, dans sa géographie militaire publiée en 1890 signalait cependant, l’existence jadis d’un poste romain, sans donner son nom latin. En 1876, Tablat est créé et en 1879, le lieu dit devient le chef-lieu d’une vaste commune mixte. En 1954, cette commune mixte avait 85 395 habitants dispersés sur un vaste territoire sans grandes ressources. Entre 1879 et 1956, l’histoire de la commune n’a laissé aucune trace précise dans les ouvrages et les articles à l’exception du séisme de 1910 qui fit quelques dégâts. Elle a néanmoins laissé le souvenir d’une zone montagneuse pauvre qui ne pouvait nourrir tous ses habitants. Ces montagnards ont très tôt quitté leur mechta, au moment des gros travaux agricoles, pour trouver de l’embauche comme travailleurs saisonniers dans les fermes des colons de la Mitidja ou du Sahel. Des habitudes, sinon des liens, s’étaient créées entre des familles de la région de Tablat et des exploitants européens. Ce sont les mêmes ouvriers, leurs frères ou leurs fils qui revenaient chaque année pour les vendanges ou pour les moissons dans la même exploitation. Après 1930, certains sont venus avec leurs femmes et ne sont plus repartis, modifiant alors fondamentalement la population des villages français proches d’Alger. Le 24 février 1956, la route de Tablat devient maudite. En effet, l’intérêt mineur de cette route explique qu’elle n’ait pas bénéficié du même traitement sécuritaire que la RN 1 dans les gorges de la Chiffa, équipées de postes d’observation placés dans des fortins gardés et sans porte au niveau du sol. Le trafic civil vers Sour El Ghozlane et Bou-Saâda fut détourné par Bouira ; les quelques rares véhicules qui montaient à Tablat également. Le responsable de ce massacre, un dénommé Ali Khodja, sergent déserteur de l’arsenal d’Alger, fut plus tard abattu par les paras de Bigeard. Le 9 avril 2005, à ce même col des deux-bassins jamais débaptisé sur nos cartes, 14 personnes ont été égorgées à un faux barrage tenu par un commando du GIA. On peut noter que, d’une façon générale, tant en 1954-1962 qu’en 1991-2008 cette zone de l’Atlas tellien, entre Palestro et Médéa, avec Tablat au milieu, fut la région la plus concernée par les attentats, les embuscades et les tueries. Le 22 juin 1956, Tablat devient chef-lieu d’arrondissement du département de Médéa. Je suppose que le sous-préfet a dû rejoindre son poste en hélicoptère. Peut-être avec le chef de la nouvelle SAS installée au même endroit. Le 17 mars 1958 Tablat et son arrondissement sont rattachés au nouveau département de Sour El Ghozlane qui est créé aux dépens de celui de Médéa. Le 2 novembre 1959, Tablat et son arrondissement sont à nouveau rattachés à Médéa, le département d’Aumale ayant été supprimé sans avoir jamais eu de réalité à cause de la chute de la IVe république après les manifestations du 13 mai 1958 à Alger.

Par : Hamid Sahnoun

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel