Le Midi Libre - evénement - «Le mouvement de protestation est insignifiant»

Edition du 24 Septembre 2009



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Saïd Bouhadja, membre du bureau exécutif du FLN au ‘’Midi Libre’’
«Le mouvement de protestation est insignifiant»
24 Septembre 2009

Le 9e Congrès du Front de libération national (FLN) qui aura lieu au début de l’année prochaine, se présente sous de «bons auspices» malgré la série de protestations exprimée au niveau des militants de la base visiblement mécontents du déroulement des préparatifs dudit congrès augurant, de fait, d’une crise latente à la veille de cet événement de premier ordre. C’est la certitude avancée hier lors d’un entretien téléphonique avec Saïd Bouhadja membre du bureau exécutif chargé de la communication du vieux parti. D’emblée, M. Bouhadja a minimisé la portée du mouvement de contestation y voyant même un «enrichissement» des débats au niveau du parti. Il invite à cette occasion les militants à faire part de «propositions concrètes» qui seront débattues au niveau de la Commission nationale qui se tiendra au mois d’octobre prochain, avant qu’elles ne soient soumises au Conseil national prévu au mois de décembre, deux échéances cruciales avant la tenue du IXe Congrès dont ni la date ni l’endroit n’ont encore été communiqués. « Les protestations qui se sont exprimées ça et là se déroulent, jusqu’à preuve du contraire, dans un cadre réglementaire propre au parti», affirme notre interlocuteur invitant les meneurs de la fronde-pourtant bien réelle, à émettre des propositions que la Direction nationale du parti se chargera ensuite «de prendre en considération». «Nous voulons du concret. Nous ne voulons pas de protestations qui soient dénuées de fonds !», martèle Bouhadja selon qui toute la levée de boucliers qui est en train, pourtant, de prendre corps au sein de la base militante du parti de Abdelaziz Belkhadem, ne serait, finalement, que l’ «œuvre» d’un seul personnage de surcroit membre de la Commission de wilayas. A la question de savoir pourquoi la Direction du parti est-elle incapable d’imposer des Mouhafedhs, comme l’ont suggéré certaines voix, notre interlocuteur répond qu’il n’en était pas question en précisant que la désignation des Mouhafedhs ne peut se faire que par le biais des élections et dans le cadre d’un consensus. En dépit de l’assurance affichée par l’état-major de l’ancien parti unique quant au bon déroulement de cette importante échéance qu’est le Congrès national, il n’en demeure pas moins que la menace est bien présente, réelle, telle une épée de Damoclès suspendue au dessus de la tête des membres de la Direction nationale ; cette dernière dont la tâche est loin d’être une sinécure d’autant que les frondeurs, que l’on tente de réduire à leur plus simple expression, se disent plus que jamais prêts à sauver le parti, eux qui disent qu’ils ne sont pas près d’accepter que des militants qui ont servi pendant plusieurs années le parti, soient mis « au carreau ». Abdelaziz Belkhadem sera-t-il capable de contenir toute cette colère ? Pourra-t-il dissiper cette grisaille qui risque de ternir la tenue de ce congrès qui promet bien des surprises ? Wait and see.

Par : YOUNES DJAMA

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel