Le Midi Libre - evénement - L’affaire de la sablière reportée au 25 septembre

Edition du 24 Septembre 2009



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




El Tarf
L’affaire de la sablière reportée au 25 septembre
24 Septembre 2009

La justice a rouvert le dossier concernant l’exploitation des sablières, notamment, celle de Réghia dans la commune de Berrihane, daïra de Ben M’hidi. Se sentant lésé, le propriétaire de ladite sablière, située entre El Kala et Berrihane, avait déposé plainte  contre six directions de la wilaya. Les six directeurs exécutifs devaient passer aujourd’hui devant le procureur d’El Kala, l’affaire ayant été prise en charge par le parquet primaire de cette ville balnéaire.
Mais, aux dernières nouvelles, l’affaire a été reportée à demain afin de permettre de faire toute la lumière sur ce dossier qui avait défrayé la chronique à El Tarf, il y a huit mois.
Il semblerait que la fermeture de la sablière a été ordonnée à la suite d’un compte-rendu établi par les six directeurs exécutifs mis aux banc des accusés, faisant état que l’exploitation d’un tel gisement sablier occasionne beaucoup de dégâts à l’ environnement.
Un environnement en principe protégé par les lois republicaines et internationales. «Une autorisation d’exploitation a été octroyée par l’ancien wali de la wilaya d’El Tarf sans tenir compte des spécificités de la nature du sol et de l’environnement», nous apprennent des spécialistes dans le domaine. Interrogés, plusieurs personnalités au niveau de la wilaya nous indiquent qu’ils se sont étonnés à l’annonce de l’ouverture de ce gisement de sable à Berrihane.
Les premiers couacs ne se sont pas fait attendre et ce, dès l’exploitation à outrance. En effet, plusieurs pans de la chaussée ont commencé à disparaitre causant de grands problèmes aux automobilistes sans compter les embouteillages, les accidents et surtout l’éboulement à l’époque de l’environnement mitoyant à cette exploitation. «Cette dernière avait certes, un coté positif, à savoir, la baisse vertigineuse des prix du sable, mais elle a fait naître plusieurs inconvénients», nous appprend un directeur exécutif.
«L’autorisation aurait été octroyée au détriment de l’environnement», ajoute un autre. Quant à l’affaire des impôts, les services de cette direction auraient pu le mettre au courant à la même époque et non plusieurs mois après.
Le flou dans cette affaire persiste.  Gageons que d’ici demain, la justice, seule compétente en la matière, saura faire toute la lumière sur cette affaire. Néanmoins, signalons au passage que cet investisseur a entamé l’exploitation grâce une autorisation. (à suivre.)

Par : Mourad Saber

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel