Le Midi Libre - Santé - Comprendre ce qu’est une embolie pulmonaire...

Edition du 21 Novembre 2019



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Comprendre ce qu’est une embolie pulmonaire...
11 Décembre 2013

Une embolie pulmonaire est l’obstruction d’une ou de plusieurs artères irriguant le poumon. Ce blocage est le plus souvent causé par un caillot sanguin (phlébite ou thrombose veineuse) qui voyage jusqu’aux poumons à partir d’une autre partie du corps, très souvent à partir des jambes. L’embolie pulmonaire peut survenir chez des personnes en bonne santé.

Une embolie pulmonaire peut être extrêmement dangereuse pour la santé. Un traitement rapide à l’aide de médicaments anti-coagulants peut réduire considérablement le risque de mortalité.

Causes de l’embolie pulmonaire
Un caillot sanguin qui se forme dans une veine profonde d’une jambe, du bassin ou d’un bras est appelé thrombose veineuse profonde. Lorsque ce caillot ou une partie de ce caillot voyage par la circulation sanguine jusqu’aux poumons, il peut entraîner un blocage de la circulation pulmonaire, c’est ce qu’on appelle une embolie pulmonaire.

Occasionnellement, une embolie pulmonaire peut être causée par des matières grasses provenant de la moelle osseuse d’un os cassé, des bulles d’air ou des cellules d’une tumeur.

Comment la diagnostiquer ?
Chez les personnes qui présentent des maladies pulmonaires ou des maladies cardiovasculaires, il peut être difficile d’identifier la présence d’une embolie pulmonaire. Une série de tests, incluant des tests sanguins, une radiographie du thorax, une scintigraphie pulmonaire ou une tomodensitométrie des poumons peuvent aider à identifier la cause des symptômes.

- Une douleur thoracique intense, qui peut ressembler aux symptômes d’une crise cardiaque et qui persiste malgré le repos.

- Un essoufflement soudain, des difficultés à respirer ou une respiration sifflante, pouvant survenir au repos ou à l’effort.
- De la toux, parfois accompagnée de crachats teintés de sang.
- Une sudation excessive (diaphorèse).
- De l’enflure généralement dans une seule jambe.
- Un pouls faible, irrégulier ou très rapide (tachycardie).
- Une coloration bleue autour de la bouche.
- Des étourdissements ou une syncope (perte de conscience).
Complications

Lorsque le caillot sanguin est volumineux, il peut bloquer la circulation sanguine se rendant aux poumons. Une embolie pulmonaire peut conduire à :
- La mort
- Des dommages permanents au poumon affecté.
- Un niveau d’oxygène sanguin faible.
- Des dommages à d’autres organes en raison du manque d’oxygénation.

Personnes à risque
Les personnes âgées sont plus à risque de développer des caillots à cause de :
- La dégradation des valves au niveau des veines des membres inférieurs, qui assurent la circulation adéquate du sang dans ces veines.
- La déshydratation qui peut épaissir le sang et provoquer des caillots.
- D’autres problèmes médicaux, tels que les maladies cardiovasculaires, le cancer, une chirurgie ou l’arthroplastie (le remplacement d’une articulation).
Les femmes et les hommes qui ont déjà développé des caillots sanguins ou une thrombose veineuse profonde (phlébite).

Les personnes dont un membre de leur famille a déjà développé des caillots sanguins. Une maladie héréditaire peut être à l’origine de certains troubles de la coagulation sanguine.

Facteurs de risque
De longues périodes d’inactivité, par exemple lors d’un repos prolongé au lit suite à une chirurgie, une fracture ou une autre maladie sérieuse, lors de longs voyages, par exemple en avion ou en voiture. Une position immobile ralentit la circulation sanguine dans les veines, ce qui contribue à la formation de caillots dans les jambes.

Une chirurgie. La chirurgie est l’une des principales causes du développement de caillots sanguins, en particulier le remplacement d’une articulation du genou ou de la hanche. Certains débris de tissus peuvent pénétrer dans la circulation et provoquer la formation de caillots. Le fait de rester immobile durant n’importe quel type de chirurgie peut amener la formation de caillots. Le risque augmente avec la durée de l’anesthésie générale.

Certaines maladies, telles que les maladies cardiovasculaires ou la haute pression sanguine (hypertension) favorisent la formation de caillots sanguins.
La grossesse. Le poids du bébé exerce une pression sur les veines du bassin, ce qui peut ralentir la circulation dans les jambes, favorisant la formation de caillots sanguins.

Certains cancers (en particulier les cancers du pancréas, des ovaires et des poumons) et la chimiothérapie peuvent favoriser le développement de caillots sanguins. Les femmes qui suivent un traitement pour un cancer du sein par le tamoxifène ou le raloxifène sont plus à risque de développer des caillots sanguins.

Le tabagisme.
L’obésité ou le surpoids.
Les suppléments d’œstrogène. L’œstrogène contenu dans les pilules contraceptives et dans les hormones de remplacement (après la ménopause) peuvent augmenter le risque de développer des caillots sanguins.

Pourquoi prévenir ?
La plupart des gens récupèrent après une embolie pulmonaire. Cependant, une embolie pulmonaire peut être extrêmement dangereuse et peut entraîner la mort si elle n’est pas prise en charge immédiatement.

Peut-on prévenir ?
Prévenir la formation de caillots sanguins, principalement dans les jambes, demeure une des principales mesures pour éviter une embolie pulmonaire.

Mesures préventives de base
L’inactivité prolongée peut favoriser la formation de caillots sanguins dans les jambes.
Demeurez actif : marchez un peu chaque jour.

Lorsque vous devez rester assis ou étendu durant de longues périodes, faites des exercices sur place, par exemple : étirez, fléchissez et faites des cercles avec les chevilles. Appuyez les pieds contre une surface rigide. Pointez les orteils.

Lors de longs trajets en position assise (avion, automobile), levez-vous toutes les deux heures, marchez un peu et buvez de l’eau.
- Même après une chirurgie, ne restez pas au lit. Autant que possible, levez-vous et marchez.
- Conservez les jambes décroisées et les deux pieds sur le sol.
- Évitez de porter des chaussettes ou des bas serrés.
Dans certains cas, comme les varices, portez des bas de support qui aident la circulation et le mouvement des fluides.

- Buvez beaucoup. La déshydratation favorise le développement de caillots sanguins. L’eau est le meilleur liquide pour éviter la déshydratation. Évitez l’alcool et les breuvages contenant de la caféine.
- Les personnes admises à l’hôpital pour une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral, les complications d’un cancer ou des brûlures peuvent être à risque de formation de caillots.
- Un traitement anticoagulant, comme une injection d’héparine peut être administré à titre préventif.
Mesures pour prévenir les récidives

- Chez certaines personnes qui présentent des risques de complications ou de récidive d’une embolie pulmonaire, un filtre peut être installé dans la veine cave inférieure. Ce filtre permet d’empêcher la progression des caillots formés dans les veines des membres inférieurs vers le cœur et les poumons.

Médicaments
Anticoagulants. L’héparine agit rapidement et est généralement administrée sous forme d’injection. La warfarine (Coumadin®) se prend sous forme de comprimés et agit en quelques jours. Ces médicaments favorisent la dissolution des caillots et empêchent la formation de nouveaux caillots. Le traitement doit généralement être suivi durant 3 à 6 mois.

Thrombolytiques. Les médicaments thrombolytiques peuvent accélérer la dissolution des caillots. Ce type de médicaments peut dans certains cas provoquer des saignements soudains et violents ; ils sont généralement réservés à des situations d’urgence, lorsque la vie du patient est en danger.

Interventions chirurgicales
L’élimination du caillot. Lorsque le caillot situé dans les poumons est très volumineux et que le patient présente un état de choc, le médecin peut décider d’éliminer le caillot. Il insère un tube mince et flexible (cathéter) dans les vaisseaux sanguins afin d’aspirer le caillot. Cette procédure ne réussit pas toujours.

L’installation d’un filtre de veine cave. Chez les patients qui ne peuvent pas prendre de médicament anticoagulant ou chez qui ceux-ci ne fonctionnement pas efficacement, on peut installer une filtre de veine cave. À l’aide d’un cathéter, un filtre est installé dans la veine principale (la veine cave inférieure) qui mène des jambes vers le côté droit du cœur. Ce filtre bloque les caillots se déplaçant à travers la circulation sanguine vers les poumons.

La chirurgie (embolectomie). Lorsqu’un patient est en état de choc et que les médicaments thrombolytiques ne fonctionnent pas assez rapidement, une intervention chirurgicale d’urgence peut être nécessaire. Le médecin tente de retirer rapidement le plus de caillots sanguins possible. Cette situation se produit rarement.

L’opinion de notre médecin

L’embolie pulmonaire n’est pas une condition très fréquente, mais il s’agit d’une maladie fort sérieuse qui peut être fatale. Elle provient la plupart du temps d’un caillot formé dans une veine profonde d’une jambe ou du bassin. La prévention de ces caillots est donc impérative pour éviter l’embolie. Évitez de rester en position immobile plusieurs heures, particulièrement lors de longs trajets en avion. Si vous souffrez d’insuffisance veineuse (varices), demandez à votre médecin si le port de bas de contention serait souhaitable.

Consultez immédiatement un médecin ou appelez si vous présentez un essoufflement soudain et inexpliqué, accompagné d’une douleur thoracique ou d’une toux avec crachats sanguinolents. Les médicaments anticoagulants réduisent alors considérablement le risque de décès.

Par : Dr Jacques Allard M.D. FCMFC

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel