Le Midi Libre - evénement - Benbouzid se prononce

Edition du 27 Juin 2022



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Variant omicron et éventuel retour au confinement
Benbouzid se prononce
5 Décembre 2021

Face au nouveau variant du coronavirus qui guette l’Algérie, les interrogations quant à de nouvelles mesures restrictives se posent déjà. Le ministre de la Santé s’est exprimé hier sur ce point ainsi que sur le risque lié au variant micron.

S’exprimant sur la situation épidémiologique, Abderrahmane Benbouzid a indiqué que "le retour aux mesures du confinement total n’est pas d’actualité", soulignant qu’une telle éventualité sera enviosagée en cas de "catastrophe". À propos du variant Omicron, il affirme que les "appréhensions lors de l’apparition d’un nouveau variant sont tout à fait compréhensibles. Or à l’heure actuelle, ce qui se dit sur le variant Omicron n’est pas encore prouvé". Concernant le taux de vaccination contre le coronavirus en Algérie, le premier responsable du secteur sanitaire a expliqué "qu’il est très faible par rapport à d’autres pays". Ainsi, il a réitéré son appel à la population à se faire vacciner massivement contre le Covid-19. Aucun décès pour l’heure, selon l’OMS Il convient de noter que l’OMs n’a confirmé aucune victime concernant le nouveau variant qui inquiète le monde. selon son porte-parole, l’Organisation n’a pour l’heure pas d’information sur un éventuel décès lié au variant Omicron. Lors d’un point de presse tenu hier à Genève, Christian Lindmeier déclare : "Je n’ai vu aucune information rapportant des décès liés à Omicron". Or, il précise que, comme plus de pays font des tests pour tenter de détecter le nouveau variant, "nous aurons plus de cas, plus d’informations, et – bien que j’espère que non –

possiblement des morts". Pour rappel, le variant Omicron, classé inquiétant par l’OMs, a été détecté d’abord en Afrique australe, mais depuis que les autorités sanitaires sud-africaines ont alerté l’OMs le 24 novembre, des infections à l’Omicron ont été constatées dans une trentaine de pays sur tous les continents. Mise en garde de l’Institut Pasteur d’Algérie Le directeur général de l’Institut Pasteur, Fawzi Derrar, a mis en garde, à Alger, contre la propagation du variant du coronavirus Omicron. En marge d’une journée de sensibilisation au sida au profit des étudiants de la faculté de médecine, à l’occasion de la Journée mondiale du sida (1er décembre), le professeur Derrar a affirmé qu’au vu de la propagation accélérée du variant Omicron, récemment apparu en Afrique du sud avant de se répandre partout dans le monde, « "l’Algérie n’est pas à l’abri de ce nouveau variant", appelant au respect des mesures préventives et à la vaccination. La vigilance contre ce nouveau variant qui a pris des proportions alarmantes dans certains pays africains, au Canada, en Amérique et en Europe, est de mise et sa "propagation en Algérie n’est qu’une question de temps à l’instar des autres pays du monde comme c’était le cas avec les autres variants, en raison de la mobilité des personnes et l’ouverture progressive de l’espace aérien", at- il prévenu, d’où, a-t-il dit, l’"impératif de renforcer le contrôle au niveau des points de passage des voyageurs". Concernant les caractéristiques de cette nouvelle souche, le professeur Derrar a indiqué que les "scientifiques n’ont pas encore déterminé sa gravité mais les résultats seront dévoilés dans les deux à trois semaines à venir".

Les "données établies confirment que les symptômes de ce variant n’ont pas causé de décès dans le monde", a-t-il rassuré. Ajoutant que "ces variants commencent souvent avec un faible taux qui n’est pas dangereux, puis se propagent vite et entraînent des complications ayant un impact sur la santé des humains, l’exper estime que ceci requiert l’utilisation de moyens indispensables à l’allègement des dégâts et à la réduction, à l’avenir, de leur taux de propagation". se référant aux données de l’Organisation mondiale de la santé (OMs), l’expert indique que le nouveau variant se propage "à une très grande vitesse ayant dépassé le cadence avec laquelle le variant Delta se propageait", appelant les personnes âgées et celles atteintes de maladies chroniques et ayant contracté, durant les derniers mois, le variant Delta, à renforcer la prévention chez elles "vu que leur système immunitaire est encore fragile". Estimant, d’autre part, que tous les pays du monde se préparent à faire face à un nouvelle vague de ce nouveau variant, en plus de la 5e vague que connaissent plusieurs états ayant recouru ces derniers temps à la prise de mesures urgentes consistant, entre autres, à la fermeture des frontières, l’expert affirme que "les pays qui ont connu une large propagation du nouveau variant, sont les pays qui enregistrent un taux relativement faible en matière de vaccination de leur population".

Le même expert a dissuadé les personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques de voyager et de la nécessité de réduire leur déplacement avec davantage de vigilance, dans l’attente des résultats des recherches scientifiques et cliniques sur ce nouveau variant. Les mesures préventives consistant en le port du masque, le respect de la distanciation sociale, l’hygiène et en la vaccination, demeurent le meilleur moyen pour briser la transmission de la contagion de tous les virus qui se propagent lors de la saison de froid.

Par : CHAHINE ASTOUATI

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel