Le Midi Libre - Culture - Les pierres musicales d’Eric Gonthier

Edition du 30 Septembre 2020



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Premier colloque international sur la préhistoire maghrébine de Tamanrasset
Les pierres musicales d’Eric Gonthier
8 Novembre 2007

Si vous trouvez une pierre cylindrique de «structure homogène et cohérente» surtout ne la prenez pas pour un simple caillou !  Elle pourrait être l’un des premiers instruments de musique que l’habitant du Hoggar néolithique a créé !

On savait déjà qu’il y a 7500 à 2000 ans avant J-C, les Maghrébins savaient polir les pierres. On apprend, à la troisième journée du colloque international sur la préhistoire maghrébine,   qu’ils savaient également  les faire chanter. Admirablement.
Avis aux amoureux des promenades dans le désert :   si vous trouvez une pierre cylindrique de «structure homogène et cohérente» surtout ne la prenez pas pour un simple caillou !  Elle pourrait être l’un des premiers instruments de musique que l’habitant du Hoggar néolithique a créé !
C’est ce qu’a démontré, avant-hier, M. Eric Gonthier, maître de conférence au Musée de l’homme de Paris. Après avoir longuement exposé les résultats de deux années de travail, le chercheur du Trocadéro  a offert aux  participants le premier concert de musique préhistorique du Hoggar. D’une  pierre cylindrique ressemblant à s’y méprendre aux  «pilons sahariens», le chercheur  fait jaillir par percussion des sons  cristallins résonnant comme des cloches.
M. Eric Gonthier s’est retrouvé plongé dans la paléo-musicologie par le hasard de cette découverte. Pressenti par M. Marceau Gast, directeur de recherche au CNRS, comme l’a souligné Malika Hachid lors du débat,  cette vocation musicale des pierres cylindriques du Hoggar a été rendue évidente  après l’observation par M. Gonthier des petits bouts de feutrine sur lesquels s’appuient les cordes du piano.  M. Eric Gonthier, qui n’était arrivé à tirer jusque-là que des notes fondamentales du lithophone posé à même le sol,  a  réussi à  faire sonner les harmoniques  en posant les deux extrémités de la pierre sur des petits bouts d’une matière spéciale trouvée dans les poubelles du Musée de l’homme ! En opérant de la sorte, M. Gonthier a obtenu une   dispersion contrôlée des ondes sonores de l’instrument. D’où une  lecture audible de la note fondamentale et l’apparition du phénomène de résonance.  
 A partir de là, a commencé l’énorme travail d’analyse lithoacoustique du matériau étudié pour prouver qu’il s’agit bien d’un instrument de musique préhistorique.  Avec le concours du célèbre ethnomusicologue et multi-instrumentiste  Tran Quang Hai, Eric Gonthier a mis en évidence des  plans isomorphiques dans les lithophones cylindriques subsahariens néolithiques. Autrement dit, il a mis en évidence  ce qui distingue cette pierre d’un simple caillou : sa capacité à produire des sons précis, selon  qu’elle est précisément  percutée à un endroit ou à un autre de sa morphologie. Ce qui est le propre de tous les instruments de musique produits caractéristiques  de l’élaboration humaine.    
«Ce qui révèle chez l’homme du néolithique énormément de réflexion et de savoir. Ainsi que le respect de cette chose de virtuelle qui est la musique.», a souligné M. Gonthier qui a assuré que  la production  de cet instrument que l’on nomme lithophone «a dû demander au moins une année de travail  à l’homme de la période néolithique. Il a eu lui-même fort à faire en réalisant des lithophones expérimentaux qu’il a découpés à la scie en diamant dans des blocs de granit.  
Ramassée au même titre que les pilons sahariens, la pierre est suspectée par le chercheur d’être la pierre d’être un instrument musical à partir de sa connaissance de l’existence de lithophones formés de lames de pierres au Burkina Faso, au Viet-nam, en Chine et en Ethiopie. Le travail de M. Gonthier relance le débat sur la paléomusicologie, tant de nombreux objets sont classés comme armes ou comme outils domestiques alors que ce sont des instruments de musique !
 
Mme Malika Hachid  a, au cours du débat qui a suivi la communication, fait part d’une situation analogue existant dans la vallée encaissée de l’Oued Djerrat  dans la région d’Illizi.
Il s’agit d’une énorme pierre posée dans le creux d’un rocher et qui produit un son impressionnant lorsqu’elle est roulée d’une certaine manière. Ce son qui se propage très loin est amplifiée par l’encaissement de la vallée. Selon la tradition orale de l’endroit, il se serait agi d’une manière de donner l’alerte aux tribus  riveraines à l’époque des razzia. Ce que la chercheuse algérienne semble remettre en question suspectant une probable origine plus ancienne de  cet ensemble qui s’apparente à un lithophone géant. Mme Malika Hachid s’est également posé la question de la relation entre les gravures rupestres et la pratique musicale des hommes du néolithique maghrébin. Elle a fait part d’une paroi gravée qui répercute les propos chuchotés à 20 mètres de là. Enfin, les chercheurs ont été unanimes à tirer la sonnette d’alarme concernant les risques de déperdition de cet important matériau d’étude que sont les lithophones. «Tout le monde peut en jouer, ce qui a fait grimpé leur prix. C’est autant d’objets précieux soustraits à la recherche préhistorienne…», a déploré M. Gonthier.
Au troisième jour du colloque, les intervenants ont abordé la période néolithique et ses différents courants au Maghreb. Comme au cours des journées précédentes, les chercheurs  se sont succédé à la tribune pour communiquer le résultat de centaines d’heures de travail sur des sites archéologiques locaux. Des travaux qui donnent matière à des débats de plus en plus riches. Hier, lors de la dernière journée des travaux, le thème abordé a été : «Nouvelles données sur l’Art des régions sahariennes : inventaires, chronologies et sens.»

Par : Karimène Toubbiya

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel