Le Midi Libre - evénement - Le FFS s’explique

Edition du 12 Septembre 2021



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Participation aux élections locales
Le FFS s’explique
12 Septembre 2021

Le FFS a, il est vrai, presque toujours tenu à être présent lors des élections locales contrairement aux élections législatives suivant en cela une des doctrines suivie par son fondateur feu Hocine Ait Ahmed. Ainsi donc le Conseil national du FFS a pris la décision de prendre part au rendez-vous électoral du 27 novembre alors qu’il avait fait l’impasse volontairement sur les élections législatives anticipées du 12 juin dernier puisqu’ il a décidé, à l’époque, de ne pas participer et non de

boycotter. Maintenant une question taraude l’esprit des observateurs : pourquoi le plus vieux parti de l’opposition a décidé de participer au prochain scrutin, « Le choix de la participation est un choix stratégique qui s’impose de lui-même », a indiqué hier Youcef Aouchiche, premier secrétaire du parti. Aouchiche, qui s’exprimait hier lors d’un conférence de presse, à ajouté que « nous avons pris la décision sur la base de l’analyse de la situation politique aux plans interne et régional ». Le conférencier a poursuivi son argumentaire en expliquant que la décision n’a pas été facile à prendre et ce « compte tenu des derniers événements vécus par le pays ». Pour lui cette décision « ne devrait pas être mesurée à l’aune de la feuille politique du pouvoir et de son agenda politique, mais doit être perçue comme un acte patriotique qui dépasse la traditionnelle confrontation pouvoir et opposition ». Lors de son discours d’ouverture des travaux de la session extraordinaire du Conseil national du parti, Hakim Belahcel, membre de l’instance présidentielle (IP), a donné des indices concernant cette participation.

Il a ainsi affirmé que « les élections locales sont une occasion pour avoir un champ plus large pour le pouvoir local à travers les APC et les APW en vue barrer la route aux partisans du pouvoir et les hommes d’affaires véreux qui dilapident l’argent public ». Selon lui « cet espace, à savoir les APC et les APW, est pratiquement le seul à la disposition des couches populaires et ce malgré les limites et les obstacles auxquelles elles font face. Maintenant la grande inconnue concerne la réaction des cadres et militants du parti. S’il est évident qu’une partie d’entre eux va s’aligner sur la décision du Conseil national, il est aussi presque certain qu’une autre partie risque de se révolter et de rejeter cette décision. C’est dire que le FFS, qui vient à peine de sortir d’une terrible crise la plus grave de son histoire, risque, une fois de plus, de replonger dans la discorde interne. Car il n’est pas évident pour une partie de la base militante de se replonger dans la bataille politique après les événements connus par le pays ces dernières années. Les récentes incendies ont aussi eues des répercussions et ont laissées des traces indélébiles au sein de la base militante et c’est pourquoi d’aucuns estiment qu’il sera difficile pour la direction du FFS de la mobiliser pour la collecte des signatures des citoyens en vue de confectionner les listes électorales ».

Par : KAMAL HAMED

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel