Le Midi Libre - evénement - Le chef de l’État annonce le lancement d’un Fonds national

Edition du 4 Octobre 2020



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Financement des startups
Le chef de l’État annonce le lancement d’un Fonds national
4 Octobre 2020

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé hier à Alger le lancement officiel du Fonds national pour le financement des startups dont le mode de fonctionnement se distinguera par une "flexibilité" et une "tolérance aux risques".

Intervenant à l’ouverture de la conférence nationale des startups "Algeria Disrupt 2020", le Président Tebboune a affirmé que ce nouveau mécanisme de financement permettra aux jeunes porteurs de projet d’"éviter les banques et la lenteur bureaucratique qui en découle, à travers cet outil qui se distinguera par la flexibilité dont ont besoin les startups". Ce Fonds qui sera certes financé par l’État, demeurera "ouvert au secteur privé et aux sociétés étrangères qui souhaiteraient y contribuer financièrement", a-t-il souligné. Le Président Tebboune a prononcé, en ouverture de la conférence nationale sur les startups, une allocution dans laquelle il a exprimé la "foi des autorités dans l’économie de la connaissance et des startups qui seront la locomotive de la nouvelle stratégie économique du gouvernement".

Rappelant son engagement, au moment de la campagne électorale, en faveur des startups, le Président a invité les porteurs de projet "à échanger leur expérience en matière d’économie de connaissance pourpromouvoir de solutions technologiques", expliquant que l’Algérie "doit faire face au défi technologique en encourageant les jeunes". Le chef de l’État en a profité pour annoncer officiellement le lancement du Fonds national pour le financement des starups, expliquant que "le choix du fond permet aux jeunes d’éviter les embûches bureaucratiques au niveau des banques et de l’administration", mettant en avant, à ce propos, l’avantage du système déclaratif. "Laissez le jeune lancer son projet, commencer à travailler, après il a tout le temps d’aller faire sa déclaration d’existence au niveau du Registre de commerce", a lancé le chef de l’État, faisant valoir que "le Fonds va se caractériser par une souplesse dans son fonctionnement" tout en assumant les risques, en faveur des jeunes startupers. "Un jeune qui lance un projet peut réussir mais risque aussi de ne pas réussir du premier coup, il peut réussir une deuxième fois, il ne faut donc pas le sanctionner", insiste le chef de l’État.

"Le temps de la bureaucratie est fini et révolu", a-t-il encore lancé en rappelantque "des générations entières de cadres ont quitté définitivement le pays à cause de la bureaucratie". S’adressant aux responsables, il leur demande de faire preuve de célérité dans l’octroi d’assiettes foncières pour les porteurs de projet, qui doivent aussi bénéficier des exonérations fiscales qui viennent s’ajouter au système déclaratif. En parlant de cette génération de "startupers", le Président explique qu’elle n’a pas participé à la guerre de Libération ni n’a connu les difficultés des années 80, mais elle est dans le "djihad économique, les jeunes sont animés d’un esprit patriotique, ils ont l’ambition de permettre à l’Algérie de s’insérer dans le marché international de la connaissance." Les travaux de la Conférence nationale sur les startups,

"Algeria Disrupt 2020", ont débuté hier à Alger, sous la présidence du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, en présence du Premier ministre Abdelaziz Djerad et des membres du Gouvernement. Organisée par le ministère délégué chargé de l’Économie de la connaissance et des Startups, cette conférence se tient au Centre international des conférences (CIC) dans l’objectif de créer un espace d’échanges et de débat autour des questions en relation avec ces entreprises et les moyens de leur développement en Algérie. L’événement sera aussi l’occasion d’annoncer les mesures mises en place par le gouvernement pour soutenir l’écosystème des jeunes pousses, notamment le nouveau cadre réglementaire dédié à ces entreprises. Près d’un millier de participants ont pris part à ce rendez-vous, entre startups, incubateurs, représentants d’institutions gouvernementales et financières, opérateurs économiques, experts, associations, universités et centres de recherches. Trois panels seront organisés dans le cadre de cette conférence autour des thématiques en relation avec le cadre juridique, le capital risque "venture capital" et les incubateurs/ accélérateurs.

Peu avant le début de la Conférence, le Président Tebboune, accompagné du Premier ministre et du ministre délégué chargé de l’Économie de la connaissance et des Startups, a visité une exposition regroupant une quarantaine de startups, organisée en marge de la rencontre afin de mettre en exergue la créativité de la jeunesse algérienne qui continue de prouver ses potentialités notamment durant cette période de pandémie

Par : LAKHDARI BRAHIM

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel