Le Midi Libre - evénement - Quel plan préventif pour l’Algérie ?

Edition du 22 Janvier 2020



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Transmission avérée entre humains du mystérieux cononavirus
Quel plan préventif pour l’Algérie ?
22 Janvier 2020

de riposte mis en place par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, deux cas suspects de MERS-CoV ont été déclarés le 29 mai 2014, par les services de santé des wilayas de Tipasa et de Tlemcen. Le diagnostic de confirmation de l’infection au coronavirus a été établi, pour les deux cas, le 30 mai 2014 par le Laboratoire national de référence pour la grippe de l’Institut Pasteur d’Algérie. La notification à l’OMS a été faite, dans les 24 heures qui ont suivi.

Les deux cas, âgés respectivement de 66 et 59 ans, ont présenté les premiers signes sous forme de fièvre et de dyspnée le 23 mai 2014, durant leur séjour à la Mecque. Pour les deux cas, les mesures médicales et préventives ont été mises en place,conformément aux instructions édictées par le ministère de la Santé, en conformité avec les recommandations de l’OMS. Des mesures pour le renforcement du dispositif d’alerte et de riposte mis en place ont été prises, à travers une plus large collaboration avec le ministère des Affaires religieuses et du Wakfs et le ministère des Transports, pour la sensibilisation et l’encadrement des personnes se rendant à la Mecque pour la Omra et le Hadj. Mais la question qui se pose aujourd’hui, est de savoir qu’elles seront les mesures prises par les pouvoirs publics, face a cette épidémie qui semble alerter même des pays connus pour leur vigilance et leurs moyens de prévention ? Et pour cause, le bilan du coronavirus s’élève à quatre morts et plus de 200 cas diagnostiqués en Chine.

L’Organisation mondiale de la santé doit se réunir en urgence, aujourd’hui mercredi, pour déterminer s’il convient de déclarer une "urgence de santé publique de portée internationale". A quelques jours des f êtes du Nouvel An lunaire, qui tombe cette année le 25 janvier, la peur du coronavirus gagne peu à peu la Chine, ainsi que d’autres pays dans le monde. Avant-hier, l’extension de l’épidémie constituait de loin, le principal sujet de discussion sur les réseaux sociaux. Il est vrai que, depuis deux semaines, les Chinois s’interrogeaient et ironisaient : comment se fait-il que ce virus, qui semble être apparu en décembre 2019 sur un marché aux poissons à Wuhan (Hubei), ait pu contaminer près de 200 personnes dans cette ville du Centre-est du pays, mais aussi des voyageurs en provenance deWuhan à Hongkong, en Corée du Sud, au Japon et en Thaïlande, tout en épargnant les autres villes de Chine continentale ? Depuis ce week-end, la plaisanterien’est plus de mise et les autorités sanitaires chinoises publient au compte-gouttes, des nouvelles peu rassurantes. Trois personnes seraient déjà mortes et environ 140 nouveauxmalades auraient été recensés, durant le week-end. Lundi matin, le cap des 200 cas officiellement diagnostiqués dans tout le pays, a été dépassé.

Les autorités ont même annoncé, hier mardi, la mort d’un quatrième patient. L’homme de 89 ans a succombé dimanche à Wuhan, après avoir éprouvé des difficultés à respirer, a précisé la commission locale dela santé dans un communiqué. L’inquiétude est aussi mondiale : l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé avant hier une réunion d’urgence pour aujourd’hui mercredi à Genève. Il s’agira de déterminer s’il convient de déclarer une "urgence de santé publique de portée internationale", qualification qui n’est utilisée que pour les épidémies les plus graves, et "quelles recommandations devraient être émises pour gérer l’épidémie", a expliqué sur Twitter, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

"Au début du SRAS, il y a eu dissimulation"

En Chine, le gouvernement provincial du Hubei annonçait un total de 198 cas d’infection par le virus baptisé provisoirement 2019-nCov (pour "nouveau coronavirus 2019"), dont les trois premiers mortels. Quatrevingt- dix patients sont en observation et 170 hospitalisés. A ces chiffres régionaux s’ajoutent deux cas confirmés, à Pékin et à Shenzhen, dans la province du Zhejiang, où se trouve Shanghaï. Zhong Nanshan, un scientifique chinois renommé de la Commission nationale de la santé, a déclaré lundi à la chaîne de télévision d’Etat CCTV, que la transmission par contagion entre personnes était "avérée". Cet expert avait aidé à évaluer l’ampleur de l’épidémie du SRAS, en 2002-2003. Elle avait fait 774 morts dans le monde (dont 349 en Chine continentale et 299 à Hongkong), sur 8.096 cas, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’épidémie du SRAS de 2003, qui a tué environ 650 personnes, est dans tous les esprits. Dans la capitale, les hôpitaux commencent à mettre en place des procédures d’urgence, pour traiter les malades atteints de fièvre et distribuent des masques. Nombre de parents interrogent les écoles, pour savoir quelles précautions prendre. Même si Le Quotidien du peuple, l’organe du Parti communiste, reste silencieux sur le sujet, tout comme le journal télévisé CCTV dimanche soir, d’autres médias, comme le Global Times, estiment que "la société chinoise doit rester vigilante, mais ne doit pas paniquer". Ce quotidien nationaliste qui publie sur son site une vidéo intitulée "La Chine n’a aucune raison de cacher la vérité concernant la nouvelle pneumonie" reconnaît qu’ "au début du SRAS, il y a eu dissimulation en Chine. Cela ne doit pas se répéter".

La peur d’une contamination gagne également l’étranger

Signe de l’importance politique prise par la propagation du virus, le président Xi Jinping a éprouvé le besoin d’intervenir, lundi, pour dire que le virus devait être "résolument maîtrisé" et que "la principale priorité devait être donnée à la sécurité de la vie des gens, et à leur santé physique". De fait, l’épidémie du syndrome respiratoire aigu sévère de 2003, qui a tué environ 650 personnes, est dans tous les esprits. On sait que le virus actuel est le cousin de celui responsable du SRAS. On ne connaît toutefois ni l’origine précise, ni la durée d’incubation, ni le mode de propagation du nouveau coronavirus. Depuis la crise sanitaire du SRAS, nombre de Chinois n’ont confiance ni dans la communication du gouvernement, ni dans le système de santé publique.

Le fait que des centaines de millions de Chinois s’apprêtent à se déplacer dans les jours qui viennent, à travers tout le pays à l’occasion des fêtes du NouvelAn, ne fait que renforcer cette crainte. Surtout qu’à cette période de l’année, les professionnels de la santé prennent également leurs congés annuels. La peur d’une contamination gagne également l’étranger. Plusieurs aéroports américains ont mis en place des systèmes de surveillance des passagers arrivant de Wuhan, afin d’identifier ceux qui seraient fiévreux. Il est vrai que, si la Chine se montre moins opaque que lors des trois premiers mois de l’épidémie de SRAS en 2003, des scientifiques du monde entier sont sceptiques sur l’exhaustivité des statistiques publiées par les utorités chinoises.

Fortes incertitudes

Les arrivées de cas se succèdent par paquets, après une période où le bilan avait été révisé à la baisse. Samedi, les autorités sanitaires de Wuhan annonçaient 59 nouveaux cas et un décès. Le lendemain, 77 nouveaux cas venaient s’ajouter. Depuis que la séquence génomique du 2009-nCoV a été décryptée, un test diagnostique spécifique a été mis au point, ce qui permet une détection plus performante.

Davantage de cas peuvent ainsi être identifiés, mais l’accroissement notable du nombre de cas confirmés pourrait aussi être le signe d’une propagation plus forte que ce qui était déclaré. Selon une évaluation publiée vendredi, par des experts britanniques travaillant pour le centre mondial d’analyse des maladies infectieuses de l’Imperial College de Londres, le nombre de personnes contaminées par le nouveau coronavirus pourrait tourner autour de 1.700. Une estimation qui comporte de fortes incertitudes : la fourchette du nombre estimé de cas pourrait aller de 400 à 4.000 cas.

Une question-clé pour l’extension de l’infection est celle de la transmission de personne à personne. "Le cas identifié au Japon relève d’une transmission interhumaine, ont conclu nos confrères japonais et, connaissant la dynamique des infections à coronavirus, il serait surprenant qu’elle n’existe pas, même si au départ le virus passe d’un animal à l’homme, souligne le professeur Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Bichat (Paris). Mais unechose est sûre, nous sommes beaucoup mieux préparés, et prêts à agir que lors de l’épidémie du SRAS en 2003".

Par : RAHIMA RAHMOUNI

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel