Le Midi Libre - evénement - Menace de protestations en septembre

Edition du 25 Août 2019



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




La situation des contractuels demeure inchangée
Menace de protestations en septembre
25 Août 2019

La situation des travailleurs contractuels et du pré-emploi est au point mort, cela en dépit des promesses pour régler le dossier.

Les travailleurs face à ce constat t comptent organiser des actions de protestation dès septembre. Ils sont près de 600.000 travailleurs activant dans le cadre du pré-emploi et ceux qui activent sous CDD dans les administrations, les chantiers publics ou le bâtiment. Leur ’’situation est en nette régression’’ selon le Snapap qui dénonce avec une rare virulence les inextricables difficultés que vivent ces milliers de travailleurs. Selon une source bien informée du syndicat ’’les travailleurs attendent que leur situation de statut s’arrange mais actuellement on ne voit rien venir’’.

Certains n’hésitent pas à dénoncer les dispositifs d’aide sociale qui accordent des salaires dérisoires à une bonne partie de ces travailleurs auxquels on avait fait la promesse d’être régularisés depuis des années. Ces travailleurs déplorent que ’’leurs salaires ne dépassent pas le SNMG’’. La plupart ne touchent que des indemnités selon le contrat établi par les DAS. On apprend que ces dernières seraient, elles-mêmes, en proie à des ’’difficultés de ressources et qu’elles doivent attendre des budgets supplémentaires pour débloquer la situation’’. Si c’est le cas, les travailleurs risquent encore une fois de percevoir leurs maigres salaires bien en retard. Déjà, ces retards sont subis presque tous les mois alors que d’autres ne sont payés que 2 à 3 mois après et même plus pour ceux qui viennent de décrocher avec difficulté ces contrats temporaires.

On explique par ailleurs que le ministère a instruit toutes les DAS de faire des comptes rendus exhaustifs sur le nombre des bénéficiaires des contrats de pré-emploi et ceux inscrits pour percevoir la prime de 3.000 DA accordés pour les citoyens aux besoins spécifiques. Rappelons à cet effet que la ministre de la solidarité Ghania Eddalia avait indiqué dans une déclaration à la presse que ’’le travail de recensement va se faire pour déterminer les vrais bénéficiaires des faussaires’’. Mais ce qui est surprenant, ce sont ceux qui sont régis par les contrats inscrits dans le cadre du travail d’utilité publique embauchant beaucoup de jeunes qui étaient chômeurs auparavant. C’est cette catégorie qui reste la plus vulnérable. En tout cas, ces indices inquiétants montrent que la rentrée sociale risque d’être explosive

Par : FAYÇAL ABDELGHANI

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel