Le Midi Libre - evénement - Huawei Algérie rejette les allégations duWall Street Journal

Edition du 17 Août 2019



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Accusé d’aider le pouvoir à espionner l’opposition
Huawei Algérie rejette les allégations duWall Street Journal
17 Août 2019

La filiale algérienne du géant chinois des télécommunications, Huawei, a réagi, hier vendredi, aux informations publiées mercredi par le Wall Street Journal.

Dans une longue enquête, le journal américain a accusé l’équipementier chinois d’aider plusieurs pays africains dans la cyber-surveillance et le cyber-espionnage de figures d’opposition. Pour convaincre de l’efficacité de leur système, les dirigeants de Huawei ont recommandé aux autorités ougandaises, de jeter un oeil au système de surveillance présent en Algérie, révèle notamment le Wall Street Journal, qui affirme dans ce cadre qu’une équipe de responsables de sécurité

ougandais s’est déplacée en septembre 2017 à Alger, pour étudier le système de vidéo-surveillance à Alger, qui comprend des centres de surveillance de masse et de cyber-surveillance. "Nous avons discuté le fait de pirater des personnalités de l’opposition, qui peuvent menacer la sécurité nationale", a déclaré un des responsables ougandais cité par le Wall Street Journal. Le même responsable a ajouté, que "les Algériens sont avancés dans ce domaine".

"Le 14 août, un article du ‘Wall Street Journal’, que cert ins médias algériens ont repris, en indiquant que les employés de Huawei avaient utilisé les solutions de la Safe city ‘la ville sécurisée’ et les solutions des autres sociétés, pour aider les gouvernements ougandais, zambiens et algériens, à espionner leurs opposants politiques", écrit Huawei Algérie dans une déclaration. "Ainsi, Huawei tient à clarifier la situation et dénoncer toutes ces accusations non fondées : 1. Huawei rejette complètement les allégations non fondées et incertaines du Wall Street Journal, contre ses activités commerciales en Algérie, en Ouganda et en Zambie ; 2.

Le code de conduite professionnelle de Huawei interdit à tout employé, d’entreprendre des activités qui compromettraient les données ou la confidentialité de nos clients ou des utilisateurs finaux, ou qui enfreindraient les lois en vigueur ; 3. Huawei est fier de respecter les lois et les réglementations locales, à travers tous les marchés où il opère et défendra sa réputation avec vigueur, face à de telles allégations sans fondement", détaille le communiqué

Par : CHAHINE ASTOUATI

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel