Le Midi Libre - Culture - Le courant "Tadyert" s’intègre dans le paysage artistique

Edition du 21 Fevrier 2013



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Arts plastiques A Oran
Le courant "Tadyert" s’intègre dans le paysage artistique
21 Fevrier 2013



Le courant d’arts plastiques "Tadyert", qui veut dire sublime en targui, s’intègre petit à petit dans le paysage artistique à Oran.
Selon de nombreux artistes et amateurs des arts plastiques, ce courant introduit en 2003 par un groupe de jeunes plasticiens oranais s’incruste lentement mais sûrement à travers une présence continue dans différentes manifestations artistiques locales et nationales qu’abrite la capitale de l’ouest du pays.
Ce mouvement artistique, le deuxième à naître en Algérie après celui de "Loucham" (tatouages), œuvre à valoriser les signes à travers une nouvelle vision différente de celle de l’école Loucham parue à la fin des années 60 dans le but de relancer les arts plastiques en Algérie post-indépendance, en utilisant des signes pour mettre en valeur l’identité nationale, a souligné l’artiste plasticien Fethi Abbou, un des fondateurs du courant "Tadyert".
Cette expérience artistique adopte la beauté des signes et de la créativité d’une manière intelligente, les préservant dans la fonction et l’espace d’origine.
Dans ce contexte, le peintre Saïd Ouslimani, un des fondateurs du mouvement artistique "Tadyert" affirme que les signes sont une expression artistique traditionnelle où ont excellé les femmes algériennes dans la décoration d’objets en céramique et en argile, en tapisserie et en tatouage de parties du corps.
Avec un regard purement artistique, le groupe "Tadyert" perçoit ces signes comme un trésor précieux à sauvegarder et à protéger en se concentrant sur son esthétique dans les œuvres d’art situées entre deux écoles artistiques : le figuratif et l’abstrait, souligne un artiste.
En dépit des contenus des œuvres traitées, ce courant a trouvé dans les signes un nouveau créneau pour faire évoluer ce patrimoine et le mouvement plasticien algérien dans un style mature et distingué et le hisser vers l’universalité, selon un visiteur du Salon national des arts plastiques, organisé en octobre dernier à Oran par la Direction de la culture.
La beauté de ces œuvres résidant dans l’intégration des formes aux couleurs, teintures et ondulations du pinceau contribuent à faire sortir ces tableaux des salles traditionnelles vers les espaces virtuels pour être découvertes par les internautes intéressés par les arts plastiques.
Le groupe "Tadyert" ambitionne d’élargir le champ de ces signes du terroir à d’autres domaines comme les façades des maisons, a souligné Fethi Abbou qui compte organiser une exposition à Dubaï (Emirats arabes unis) en ce mois de février.

Par : APS

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel