Le Midi Libre - LE MI-DIT - Des inégalités dans l’école française

Edition du 5 Septembre 2011



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Des inégalités dans l’école française
5 Septembre 2011

La France est l’un des pays où le milieu social influence le plus le niveau scolaire, et les chances de réussite ne sont pas les mêmes, selon qu’on est issu d’une famille d’ouvriers ou de cadres supérieurs, indique une étude du sociologue François Dubet, professeur à l’université de Bordeaux.
L’école est loin d’être socialement neutre. Les programmes valorisent la culture des catégories socialement favorisées : la culture générale, la maîtrise d’un savoir mathématique théorique et de la langue française, précise l’étude.
A partir du collège en particulier, le système très académique défavorise ceux qui peinent à entrer dans le moule. Les évaluations à répétition dévalorisent et contribuent à l’échec des plus faibles. Le travail demandé hors temps scolaire est important et profite à ceux qui disposent d’un soutien à domicile (des parents ou par le biais de cours privés).
L’étude indique aussi que dès la maternelle, des inégalités sociales sont visibles, particulièrement marquées dans le domaine de la logique verbale : à 4-5 ans, l’écart entre enfants de cadres (supérieurs et moyens) et enfants d’ouvriers non qualifiés est de 1,2 écart-type.
Même si d’autres facteurs (tels que la nationalité d’origine) sont également importants, c’est la profession du père de l’enfant, en ce qu’elle résume un ensemble de caractéristiques du milieu familial, qui explique le mieux les performances des élèves (à hauteur de 14% du score global) estime encore cette étude.
Ce sociologue relève également dans son étude que 55 % des élèves de classes préparatoires sont des enfants de cadres ou de professions libérales, tandis que seuls 16 % ont des parents ouvriers, inactifs ou employés.
Ainsi, à mesure que l’on s’élève dans les études, la proportion d’élèves des couches sociales les moins favorisées diminue.

Un chien sème
la terreur à Bejaia
D’intenses recherches sont engagées par les habitants de la localité de Djarmouna, (wilaya de Bejaia) pour retrouver un chien errant, auteurs de plusieurs attaques sur des personnes, dont une sur un enfant de 03 ans, mordu au visage et sur plusieurs parties du corps, a-t-on appris des villageois.
L’enfant, admis au service des soins intensifs de l’hôpital de Kherrata, a été complètement défiguré mais ses jours ne sont pas en danger, a-t-on précisé.
Les attaques de ce chien, dont on ignore les raisons, ont débuté avant la fête de l’Aïd, et fait au moins sept victimes déclarées, celles-ci ayant toutes transité par le service des urgences de l’hôpital où 05 s’y trouvent encore en observation, a-t-on indiqué.
Une grande émotion et peur ont depuis envahi la région, indique-t-on. Cet état s’est encore exacerbé avec l’annonce de l’existence d’un second chien de même acabit dans la région proche d’Adjiouane, à cheval entre les wilayas de Bejaia et Sétif et qui a fait, selon les mêmes sources, au moins deux victimes.


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel