Le Midi Libre - Monde - Les États-Unis embarassés

Edition du 15 Septembre 2019



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Soudan
Les États-Unis embarassés
14 Avril 2019

Washington avait entamé ces dernières années un dégel de ses relations avec le Président déchu du Soudan, longtemps désigné comme l’un de ses pires ennemis.

Après son renversementpar l’armée, ledépartement d’État américain a discrètement salué un« moment historique » et semontre plus timide qu’à l’accoutumée. Le département d’État américainmasque en effet difficilement son embarras et secontente d’appeler les autoritésmilitaires à former un

« gouvernementinclusif et représentatif,dirigé par des civils », après lerenversement d’Omar el-Béchir. Alors que l’armée soudanaiseannonce une transitionmilitaire de deux ans, le porteparolede la diplomatie américainea simplement répondu,jeudi 11 avril, que

« cela doit sefaire plus rapidement ».Une timidité plutôt inhabituellede la part d’une administrationTrump habituée aux positionsdiplomatiques tranchées. Mais, après des années de sanctions économiques en raison de son soutien à Oussama Ben Laden et des crimes commis auDarfour,Washington avait finalement amorcé sous Barack Obama un rapprochement avec le régime de Khartoum. Unestratégie poursuivie sous Donald Trump, au nom notamment de la lutte antiterroriste.Omar el-Béchir était à la têted’un régime génocidaire.

Il a persécuté ses opposants. Il leur a fait la guerre. Il a violé les droits de l’homme. Pour ces raisons, il a été inculpé par la Cour pénale internationale. Son pays a fait l’objet de sanctions internationales et américaines. En même temps, les États-Unisont dû collaborer avec lui sur des questions de sécurité régionale. Donc, sur ces sujets-là, il a fallu coopérer avec lui.

Par : Agences

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel