Le Midi Libre - Culture - Le prochain film d’Alexandre Arcady

Edition du 16 Décembre 2018



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Alger sans Mozart
Le prochain film d’Alexandre Arcady
10 Septembre 2012

Le réalisateur français, Alexandre Arcady, vient d’acheter les droits cinématographiques du roman Alger sans Mozart, écrit par Michel Canesi et Jamil Rahmani et paru aux éditions Naïve.

Et de deux pour le réalisateur Alexandre Arcady. Alors qu’il vient de lancer en avant-première à Alger son film Ce que le jour doit à la nuit, tiré du roman éponyme de Yasmina Khadra, voilà qu’il s’offre les droits cinéma du très beau roman Alger sans Mozart. L’information nous a été communiqué par une source proche des deux auteurs du livre. Il est donc fort probable qu’il sera son prochain film.
Le réalisateur ne fait rien au hasard. En effet, Alexandre Arcady avait offert à l’animatrice Alexandra Subley, le roman de Michel Canesi et Jamil Rahmani pendant son passage dans l’émission "C’est à vous" sur France 5, en début de semaine. Ceci explique donc cela. Le geste du réalisateur n’était pas anodin.
Alger sans Mozart est un roman écrit à quatre mains. C’est également une partition à plusieurs voix. Trois personnages principaux se relaient et témoignent. C’est la partition de leur histoire, leur passion pour une terre, qui est écrite ici par un Français corse, Michel Canesi et un Algérien, Jamil Rahmani.

Un livre qui va marquer
la rentrée
Il y a tout d’abord le titre qui étonne, paraît improbable, car comment, diront les lecteurs, Alger peut vivre sans Mozart ? D’ailleurs où se niche le rapport entre ce grand compositeur et la ville blanche ? L’intrigue est posée, le lecteur est interrogatif ! Au fil du récit des trois protagonistes, Louise, Marc et Sofiane, on comprend le sens du titre, par ailleurs bien choisi. Tout commence par Louise. De sa belle voix, elle va nous dérouler son histoire. Celle d’une Française née en Algérie et qui se sent profondément algérienne. Elle parle kabyle et arabe, en plus du français bien sûr. Elle aime ce pays et jure qu’elle ne le quittera jamais. Pourtant, des événements tragiques vont bouleverser le cours de l’histoire. La guerre d’indépendance éclate et scelle la rupture entre une certaine France oppressive et le peuple algérien qui n’avait jusque-là d’existence que sous l’ombre coloniale. Louise alors va "être le trait d’union entre deux peuples pour l’amour d’une terre, pour l’amour d’un homme". Sa rencontre avec Kader, jeune Algérien, étudiant en médecine, va changer sa vie. Même si elle reste lucide car "les criminels étaient partout, chez les musulmans et chez nous", confie-t-elle. Qu’importe ! Louise épouse la cause et ira jusqu’à porter les valises du FLN. Elles contenaient des médicaments non des bombes, dit-elle. Même si le combat des Algériens est juste, elle ne veut pas avoir du sang sur les mains. Pourtant, elle défend la France en parallèle. Elle est donc profondément déchirée entre deux. A la question : "Doù venez-vous ?", Louise répond,"je viens d’un pays qui n’existe pas encore !". Les accords d’Evian conclus le 18 mars 1962, l’Algérie devient indépendante. Louise, fait partie de ces quelques dizaines de milliers de pieds-noirs qui sont restés. Refusant de céder aux sirènes vengeresses et alarmistes de l’OAS. Pour elle "les religions ne doivent pas être insupportables, au contraire, elles doivent aider les gens". Louise estime au fond "qu’il n’y a rien de plus beau qu’un prélude de Bach ou un concerto de Mozart. Elle refuse d’être habillée en pingouin et qu’on l’empêche d’écouter la musique. La vie c’est la liberté : la liberté de croire, de voir, d’entendre et d’aimer sans contraintes, dans le respect de soi et des autres".
Contrairement à sa famille, elle va donc rester en Algérie, seule dans son appartement. Son histoie d’amour avec Kader durera 30 ans. Celui-ci va la quitter pour une autre femme. Car elle est stérile, argue-t-il. "Nous ne pouvions avoir d’enfants et c’était forcément ma faute. J’ai subis de nombreux examens… jusqu’au jour où un collègue gynécologue de Kader me demanda d’ouvrir les yeux. « Arrête de te faire charcuter Louise ! Tes examens sont normaux, il faut chercher de son côté»".
Après sa séparation avec Kader, Louise va vivre coupée du monde, elle va se laisser aller, devenir obèse et faire la connaissance d’un jeune voisin : Sofiane.
Quand il commence à la côtoyer, Kader apprend la langue de Mozart, il découvre l’histoire coloniale sous l’angle de Louise. La littérature française. De son côté, il va essayer de faire bouger Louise, de la réveiller de sa torpeur et la faire sortir de son appartement pour redécouvrir Alger. "Partout du linge aux fenêtres, des antennes paraboliques, paradiaboliques comme disent les islamistes, ce n’est plus ma ville", se dit-elle.
Dans cette galaxie algéroise vient s’ajouter Marc, le neveu de Louise, un célèbre réalisateur qui vit en France. Pendant des années, Marc a appelé sa tante régulièrement pour prendre de ses nouvelles, sans traverser la Méditerranée. Pressé par ses proches, Marc s’envole finalement à Alger pour revoir sa tante, qui lui présente à l’occasion Sofiane. "Les morts, le passé sont en nous, il faut les écouter si on veut continuer à vivre, à sentir, à vibrer. Je les ai retrouvés là-bas. L’Algérie m’a rendu la douleur, celle des nouveau-nés au sortir de leur mère. Les parfums de nos vies sont les mots d’amour de nos morts".
Sans conteste, Alger sans Mozart est un bijou littéraire.. Ce roman révèle à la fois l’histoire de ces deux pays, les déchirements humains, la violence sur fond de haine.

Par : Gassia G. A.

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel