Le Midi Libre - Société - «Joinville» se meurt

Edition du 12 Mai 2011



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




BLIDA, hôpital psychiatrique Frantz-Fanon
«Joinville» se meurt
4 Mai 2011

À voir les nombreux malades mentaux errer à travers les artères et ruelles de la ville de Blida, le visiteur non averti ne peut concevoir que cette ville avait abrité l’un des plus grands asiles psychiatriques du pays et même d’Afrique.

Aujourd’hui, l’hôpital psychiatrique Frantz-Fanon, anciennement « Blida Joinville », se meurt après avoir fait l’objet d’un démembrement progressif depuis sa promotion au milieu des années 90 en centre hospitalo-universitaire (CHU), qui l’avait amputé de la moitié de ses capacités d’accueil. Dès lors, sa vocation principale a cédé le pas à d’autres spécialités médicales dont l’introduction progressive de plusieurs disciplines médico-chirurgicales auxquelles sont venus par la suite se greffer le centre anti-cancer qui, à lui seul, a pris deux pavillons de psychiatrie, et dernièrement encore, l’Institut national du rein et l’hôpital de jour. Cette situation que des psychiatres et tout récemment des membres de la commission chargée de la santé, de la solidarité et des affaires sociales de l’APW ont qualifiée de "dramatique" ne permet plus à cet établissement d’assurer une réelle prise en charge des malades mentaux même si les tendances de psychiatrie moderne vont vers une prise en charge « extra-muros », estiment des spécialistes en psychiatrie. Cette prise en charge exige, toutefois, selon ces mêmes spécialistes, l’existence de plusieurs structures légères avec à leur tête des équipes médico-socio- éducatives assurant un suivi régulier des patients. Ce qui reste de l’asile psychiatrique est devenu autonome du CHU Frantz-Fanon depuis son érection au rang d’établissement hospitalier spécialisé (EHS), avec pour seule mission aujourd’hui, la lutte contre les maladies mentales. Il mène des actions de prévention, de diagnostic et de soins de réadaptation et de réinsertion sociale, et compte actuellement quatre services et 16 pavillons d’une capacité d’accueil de plus de 1.000 lits. L’effectif global de cet établissement avoisine les 450 personnes entre médecins, personnel paramédical, technique et administratif. Jadis, cet hôpital qui jouissait d’un cadre de vie propice à la sérénité et à la détente, était un véritable village doté de toutes les commodités pour le repos et les soins. Il y avait pratiquement tout, selon un ancien infirmier, actuellement en retraite. Outre des ateliers d’ergothérapie où tous les corps de métiers existaient, cet hôpital disposait également d’une ferme avec animaux qui assurait son approvisionnement en lait et en légumes, ainsi que de plusieurs structures comme des salles de loisirs, une salle de cinéma, un terrain de football, une chapelle, une mosquée, etc.

Ses espaces ne cessent de se rétrécir
Aujourd’hui, le patrimoine de cet hôpital continue de faire l’objet de convoitises et ses vastes espaces verts qui faisaient sa renommée ne cessent de se rétrécir comme une peau de chagrin en subissant des dommages répétés provoqués par des chantiers qui n’en finissent plus, perturbant ainsi la tranquillité et la sérénité des pensionnaires de cette structure hospitalière. L’idée de création d’un hôpital psychiatrique à Blida remonte à 1912, lorsqu’une commission, instituée à cet effet, avait projeté la réalisation d’un asile de 1.200 lits sur un terrain de 80 ha. Ce projet a été abandonné avec le déclenchement de la Seconde guerre mondiale, avant d’être repris en 1927, date à laquelle une structure d’une capacité de 100 lits a été construite. Cette unité qui a connu par la suite plusieurs opérations d’extension, ne fut inaugurée officiellement que le 08 avril 1938, pour devenir l’hôpital psychiatrique de « Blida Joinville ». Mais ce n’est qu’après le passage du docteur Frantz-Fanon, un ardent militant de la cause nationale, que cet hôpital passera à la postérité. L’histoire de cet établissement, qui a notamment inspiré Albert Camus dans son livre « l’Etranger », a été marquée entre 1953 et 1957 par la thérapie révolutionnaire du docteur Frantz Fanon qui avait introduit de nouvelles méthodes de traitement des malades mentaux, dont la psychothérapie institutionnelle, consistant à développer chez les malades des formes de vie collective favorisant leur resocialisation. Cette nouvelle thérapie a été l’une des grandes réussites médicales de Frantz Fanon à l’hôpital psychiatrique de Blida, une thérapie qui a été ensuite adoptée par les psychiatres en France, comme traitement conventionnel. A son arrivée à l’hôpital « Blida Joinville », Frantz Fanon libère les malades qui étaient enchaînés, introduit l’ergothérapie, (thérapie par le travail) et la musicothérapie (thérapie par la musique) et fait jouer les malades au football. « C’était la grande révolution dans le domaine de la psychiatrie », estiment à cet égard des psychiatres.


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel