Le Midi Libre - Culture - Hommage au défunt Larbi Zekkal, Chafia Boudraa et la koweitienne Hayat El Fahd

Edition du 18 Décembre 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




4ème édition du festival international du film arabe (FIFAO)à Oran
Hommage au défunt Larbi Zekkal, Chafia Boudraa et la koweitienne Hayat El Fahd
18 Décembre 2010

Trois grands noms du 7ème art arabe, le défunt Larbi Zekkal, Chafia Boudrâa et la koweitienne Hayat El Fahd seront honorés, jeudi soir à Oran, lors de la cérémonie d’ouverture de la 4ème édition du festival international du film arabe (FIFAO).

Le défunt Larbi Zekkal, décédé le 17 septembre dernier, a été celui qui a su allier les qualités d‘un comédien hors-pair et d‘une forte personnalité modeste et humaine. Né le 19 mai 1934 à Alger, Larbi Zekkal a d‘abord fait ses premiers pas d‘artistes dans le théâtre durant les années 1950, avant d‘investir le cinéma après le recouvrement de l‘indépendance. Il a campé des rôles dans de nombreux films qu‘il a marqués par ses prestations artistiques indéniables. On le retrouvera aussi bien dans "La Bataille d‘Alger" de l‘italien Gillo Pontecorvo ou encore dans "L‘opium et le bâton" d‘Ahmed Rachedi, "Chronique des années de braise" de Mohamed Lakhdar Hamina, "Le vent du sud", et bien d‘autres comme "L‘honneur de la tribu", "Moissons d‘acier", "De Hollywood à Tamanrasset" et "Fatima, l‘Algérienne de Dakar". Il a également joué dans, au moins, une vingtaine de pièces de théâtre comme "La mort d‘un commis voyageur" et "La règle et l‘exception". Larbi Zekkal avait même été assistant de metteur en scène de la pièce "Hia galet ouana goult" (Elle a dit et moi j‘ai dit). Le public algérien gardera l‘image de cet excellent acteur qui lui a maintes fois retenu son attention à travers ses prestations dans de nombreux feuilletons diffusés sur le petit écran comme "El Wassia" du défunt Djamel Fezzaz. Ses dernières apparitions sur les écrans a été dans les films "Hors la loi" de Rachid Bouchareb et "Les palmiers blessés" du tunisien Abdelatif Ben Amar. Chafia Boudraa est la comédienne algérienne qui a vu sa carrière artistique connaître une évolution fulgurante. De son inoubliable rôle de "Lala Aïni", dans le fameux feuilleton, "Dar Sbitar", de Mustapha Badie adapté de l‘úuvre de Mohamed Dib, au tapis rouge du "Bunker" en mai dernier, lors de la dernière édition du Festival international du cinéma de Cannes, beaucoup d‘évènements heureux se sont succédé pour cette femme au grand cœur.Les qualités indéniables de cette actrice, une véritable "mère-courage" donnant un souffle et un rythme particuliers aux travaux dans lesquels elle est distribuée. C‘est le cas par exemple avec "Le thé à la menthe" d‘Abdelkrim Bahloul, où l‘apparition de cette comédienne donnera un cachet particulier au film. La scène d‘une Chafia Boudraa dansant dans les rues de Paris ou encore celle où elle offre un thé à la menthe et des gâteaux au miel à un agent de circulation restent inoubliables. Le nom de la comédienne a figuré dans de nombreux génériques de films comme "L‘honneur de ma famille" de Rachid Bouchareb, "Le cri des hommes" d‘Okacha Touita, "Beur, blanc et rouge" de Mahmoud Zemmouri. La comédienne koweitienne Hayet El Fahd, qui sera également honorée à l‘ouverture de ce festival , est considérée comme l‘un des grands noms du théâtre et du cinéma arabes. Elle a consacré 47 années de sa vie à l‘art. Le nom de Hayet El Fahd reste intimement lié au film "Bess ya bahr" (mer cruelle) de Khaled Seddiq, primé dans de nombreux festivals internationaux. Pour les téléspectateurs algériens et arabes, le nom de Hayat El Fahd renvoie inévitablement à des feuilletons ayant eu un grand succès et un impact certain comme "Kharaja wa lam yaoud", "Ayla Boujessoum", "omr chaka", "Rokia wa Sabika" et bien d‘autres úuvres encore. Cette figure a plusieurs cordes à son arc puisqu‘en plus de ses talents de comédienne, elle est également journaliste, critique, auteure de scénario, conceptrice de programmes radiophoniques et poétesse. Des fonctions qui font d‘elle une femme de grande sensibilité, aux qualités humaines avérées.

Des prix en lice pour les longs et courts métrages
Les jurys des longs et courts métrages sont en lice pour les prix de la 4ème édition du festival international du film arabe (FIFAO), sont composés d’une panoplie d’intellectuels et d’artistes arabes connus par leurs contributions dans le domaine cinématographique. A travers la diversité de leurs domaines littéraires et culturelles, ces comédiens, critiques, cinéastes, journalistes, romanciers, dramaturges, musiciens ont longuement contibué à l’enrichissement et à la promotion du septième art sur la scène arabe et internationale. Le président du jury des longs métrages est le romancier et auteur algérien Rachid Boudjedra, connu par ses diverses contributions dans l’écriture cinématographique et les úuvres audiovisuels, à l’instar de son roman "La Répudiation", "Les 1001 années de la nostalgie" et "Timimoun" qui ont été traduits vers différentes langues. Le même jury comprend également le journaliste marocain Ahmed Boughaba, spécialiste dans la critique du cinéma, qui a commencé la publication de ses articles sur le domaine du cinéma depuis les années 1970, ainsi que la comédienne syrienne Susanne Nedjmeddine qui a participé dans plusieurs úuvres théâtrales et cinématographiques et dans des feuilletons comme "moudhakirat sayiat es-soumaa" (mémoires de mauvaise réputation). Le jury est composé d’autres membres comme l’artiste plasticienne jordanienne, Hilda Hiary qui a réalisé un film en 2004, ainsi qu’un des producteurs de l’industrie cinématographique aux Emirats arabes unis, le ralisateur Abdellah Hassan Ahmed, dont les úuvres ont été récompensées de plusieurs prix aux festivals arabes et internationaux. Le musicien et compositeur tunisien, Rabie Zemmouri, qui a composé la musique de plusieurs films, fait également partie de ce jury. S’agissant du jury des courts métrages, dont la présidence revient au producteur et réalisateur tunisien, Brahim Lataif qui a enseigné les longs métrages à l’institut de cinéma de Tunisie, et a réalisé plusieurs films comme "Visa" et " Ciné Citta" en 2008. Le spécialiste algérien dans le domaine de la filmographie, Allal Yahiaoui qui a été l’un des contributeurs au succès de films algériens célèbres comme "Nehla", "L’inspecteur Tahar" et "Hassan Taxi". Le dramaturge et producteur mauritanien des courts métrages, Salem Dendou, qui sera parmi ceux qui évalueront les films de cette catégorie en lice au festival, a réalisé plusieurs úuvres cinématographiques comme "Là-bas dans la capitale" et "Mahaj". Le même jury est composé également de cinéastes à l’image de la comédienne syrienne, Dima Kandlfat qui a participé dans plusieurs films et feuilletons comme "Wichaya el hawa", "Jorn Chawich" et "Sahabat Sayf" et a reçu le prix "Adonia" du meilleur interprète secondaire. Le marocain Mohamed Nadif, auteur et réalisateur de plusieurs courts métrages comme "la jeune femme et l’ascenseur" et un long métrage "Andalousie, mon amour!" y figure également. Pas moins de 13 longs métrages et 21 courts métrages d’Algérie, Maroc, Tunisie, Liban, Syrie, Qatar, Emirats Arabes Unies, Irak, Jordanie, Bahreïn, Libye, Arabie Saoudite, Palestine et Egypte, disputeront plusieurs prix dont "l’Ahaggar d’or",à ce festival ,organisé par le ministère de la Culture et qui se deroulera jusqu’au 23 decembre.


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel