Le Midi Libre - Santé - Une pathologie fréquente

Edition du 3 Novembre 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Parasites intestinaux
Une pathologie fréquente
3 Novembre 2010

Elle touche surtout les enfants. Elle est souvent responsable de prurit (démangeaisons) anal.

Les oxyures
Ce sont des petits vers présents dans l’intestin et qui donnent l’oxyurose. Ils sont très fréquents chez les enfants, dans la fratrie, dans les crèches, à l’école. La contamination est alimentaire. Elle est aussi féco-orale. Les œufs présents sur les aliments, sur les mains… pénètrent dans le tube digestif d’un enfant et se transforment en larves puis en vers adultes qui pondent à leur tour.

Les femelles migrent vers l’anus
Des œufs sont éliminés dans les selles. Ils peuvent survivre sur les vêtements, dans les draps, sur le sol, sur les mains, sous les ongles. Ces enfants contaminés présentent un prurit anal surtout le soir et la nuit. Ils peuvent être irritables, avoir un sommeil agité. De minuscules vers visibles à l’œil nu sont présents au bord de l’anus et entraînent des démangeaisons. Les enfants se grattent, des œufs se mettent sous les ongles, s’ils mettent les mains à la bouche, ils s’auto-infestent. Des lésions de grattage peuvent se voir au niveau de l’anus ; chez la petite fille, il peut apparaître une infection de la vulve voire du vagin.
Les récidives sont fréquentes
Il faut couper les ongles des enfants assez courts, leur apprendre à se brosser les ongles, leur donner l’habitude de se laver les mains avant les repas. Le traitement par vermifuge est radical mais il faut le répéter au bout de 15 jours pour éliminer les derniers parasites qui se seront développés.

Le ver solitaire ou taenia
Il existe 3 types de taenias observés selon les hôtes qui les hébergent : Le taenia du bœuf qui se loge dans les muscles, l’homme est contaminé en mangeant de la viande de bœuf infestée et insuffisamment cuite. Le taenia du porc peut traverser la paroi intestinale de l’homme et envahir d’autres organes et donner alors une cisticercose humaine. Enfin, l’hôte intermédiaire est l’homme lui-même et la contamination se fait d’homme à homme lorsque les conditions d’hygiène sont mauvaises. Le taenia responsable est l’hyménolépis nana présent dans les pays du pourtour du bassin méditerranéen. Le signe pathognomonique du taenia est la présence d’anneaux dans les selles ; les anneaux contiennent des milliers d’œufs qui partent à l’extérieur. On les retrouve dans les draps de lit, sur les sous-vêtements, dans le sol ; ils peuvent contaminer un autre organisme. Le taenia ne donne parfois aucun signe, parfois des douleurs abdominales, des nausées, des troubles de l’appétit, un amaigrissement, voire des manifestations allergiques. La cisticercose donne des troubles oculaires, neurologiques, des maux de tête si le taenia est localisé dans le cerveau : un scanner cérébral et un fond d’œil donneront des images qui évoqueront la parasitose. Le diagnostic ne fait pas de doute quand l’examen parasitologique des selles montre des anneaux des parasites. Une prise de sang montrera une hyperéosinophilie (c’est-à-dire une augmentation du nombre de globules blancs éosinophiles). Le taenia sévit dans les pays où il n’y a pas de prévention et pas de surveillance vétérinaire des animaux. Un purgatif en prise unique facilite l’élimination du parasite dans les selles. La prévention et le dépistage vétérinaire sont importants. Dans les pays à risque, s’il n’existe pas de surveillance vétérinaire, il faut bien cuire la viande de bœuf. L’hygiène corporelle et alimentaire est importante. La recherche des parasites dans l’entourage d’un malade en particulier chez les porteurs sains permet de les traiter et d’arrêter la contamination.

Les ascaris
Une personne peut être contaminée en mangeant des légumes qui contiennent des œufs de ces vers qui s’appellent des nématodes. Les vers qui se développent dans le tube digestif migrent vers les poumons puis remontent dans les bronches et repassent dans le tube digestif. Les signes cliniques sont parfois des signes pulmonaires avec une toux et de la fièvre. Le plus souvent, ce sont des troubles digestifs avec des douleurs abdominales, des nausées, une perte de l’appétit. Le traitement prescrit est un vermifuge, très efficace.

Les autres parasitoses
D’autres parasitoses telles que la lambliase ou la trychocéphalose sont dues à l’ingestion de kystes ou d’œufs de vers qui sont présents dans l’eau souillée ou sur des crudités mal lavées essentiellement dans les pays en voie de développement. Parfois, il n’y a aucun symptôme, parfois c’est la présence de troubles digestifs : troubles de l’appétit, nausées, diarrhée chronique, douleurs abdominales, léger amaigrissement, …au retour d’un voyage dans un pays à risque qui font suspecter une parasitose. Le diagnostic est fait par l’examen parasitologique des selles en mettant en évidence la présence d’œufs ou de kystes typiques d’une parasitose. Le traitement par des vermifuges auront raison de ces maladies. La prévention est essentielle et repose sur une hygiène corporelle et alimentaire stricte si l’on se rend dans des pays à risque.


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel