Le Midi Libre - Monde - 20 morts et 100 blessés dans une explosion

Edition du 17 Juillet 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Iran, attentat contre une mosquée
20 morts et 100 blessés dans une explosion
17 Juillet 2010

Plus de 20 personnes ont été tuées et 100 autres blessées jeudi soir lorsque deux attentats suicide ont frappé une mosquée chiite dans la province du Sistan-Balouchistan (sud-est de l’Iran), théâtre d’une rébellion sanglante menée par un groupe extrémiste sunnite. "Les deux explosions devant la mosquée Jamia de Zahedan ont fait plus de 100 blessés et plus de 20 martyrs", a déclaré Fariborz Rashedi, responsable des services de secours de la province du Sistan-Balouchistan, cité par l’agence étatique Irna. Les attentats ont eu lieu tout près de la mosquée Jamia, dans la ville de Zahedan, au moment où de très nombreux fidèles s’étaient réunis pour célébrer l’imam Hussein, petit-fils de Mahomet et figure emblématique du chiisme. Ils rendaient aussi hommage aux Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique du régime. Selon Hossein Ali Shahriari, un député de Zahedan, les attaques ont été commises par des kamikazes, dont un déguisé en femme. Selon Irna, la première explosion a eu lieu vers 21h20 (16h50 GMT). Le vice-ministre de l’Intérieur Ali Abdollahi, cité par Fars, a confirmé que la première attaque avait été l’oeuvre d’un kamikaze, près de l’entrée de la mosquée où les fidèles étaient fouillés avant d’entrer. Le responsable du bureau politique des Gardiens de la Révolution, Yadollah Javani, a fait état d’une implication possible des puissances occidentales, dont les Etats-Unis, dans ces attentats. Les rebelles du Joundallah sont des sunnites appartenant à l’ethnie balouche, qui représente une importante part de la population de la province du Sistan-Balouchistan. Téhéran a toujours accusé le Joundallah d’être entraîné et équipé par les services de renseignement américains, israéliens, britanniques mais aussi pakistanais dans le but de déstabiliser le pouvoir central iranien. Cette province est depuis toujours l’une des moins sûres du pays en raison de l’action des rebelles, mais aussi du trafic de drogue en provenance de l’Afghanistan et de nombreuses activités de contrebande. Cet attentat suicide visait une réunion entre des commandants des Pasdaran et des chefs de tribus destinée à "renforcer l’unité entre chiites et sunnites".
AFP


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel