Le Midi Libre - Midi Kabyle - Takana toujours plus haute

Edition du 23 Fevrier 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Thadarthiw
Takana toujours plus haute
17 Fevrier 2010

Mine de rien, la dernière visite au village Takana, situé à une cinquantaine de kilomètres du chef lieu de wilaya dans la daïra de Aïn El Hammam, date de plus d’une vingtaine d’années. A l’époque déjà le village souffrait de plusieurs problèmes, dont principalement l’absence d’assainissement, le manque d’eau potable, de routes et infrastructures socioéducatives.

En 2010, les choses n’ont pas trop évolué, a part une démographique galopante qui a presque doublé depuis, les autres facteurs en sont restés là où ils étaient ou presque et ce, malgré les incessantes visites des autorités et les moult promesses. Takana signifie le grenier, la soupente, l’étage à l’intérieur d’une même maison, ou encore le duplex des temps modernes. Rares sont les villages qui conservent encore cette structure, qui fut aussi une chambre nuptiale pour les nouveaux époux. Takana est donc ce village à vocation agricole, qui autrefois était le grenier de la région en matière de céréales et qui mérite certainement plus d’égards en matière d’équipements et d’infrastructures. Il fut un temps en effet, où chaque famille avait sa paire de bœufs et travaillaient assidûment les champs. Il y a quelques années, nous affirmera un agriculteur, il vous sera impossible de trouver quelqu’un au village pendant les périodes de labours et de semailles, tout le monde étant à l’ouvrage. "Voyez-vous toutes ces étendues de terres", en désignant avec son doigt de vastes pleines qui se perdent à l’horizon "tout cela était cultivé à la force des hommes et des bêtes. Maintenant et malgré la mécanisation de l’agriculture, les résultats sont nuls, vous savez pourquoi ? interroge-t-il. "C’est parce qu’il n’y a pas de volonté politique pour aider les zones rurales à s’autosuffire et à aider les populations à s’y fixer".
En matière de scolarité, les enfants du 2e paliers scolaires (CEM actuellement), dépourvus toujours du transport scolaire, font encore plus de quatre kilomètres à pied pour rejoindre leur établissement. Ce qui fait que pendant la période hivernale, les parents préfèrent garder leurs enfants à la maison, plutôt que de les envoyer à l’école.
En temps de neige, même les enseignants ne ne peuvent pas se déplacer. "Les éboulements sont fréquents par ici", nous dira un villageois ajoutant que les moyens d’y faire face n’existent pas. "Si les adultes eux-mêmes ne s’y aventurent pas, comment voulez-vous que les enfants prennent le risque !". Les classes, en outre, ne sont pas chauffées. Avec le froid les élèves ne peuvent pas se concentrer, ils ont beau avoir de la volonté, cela ne suffit pas. "Chaque année, à pareille période, les plus téméraires de nos enfants tombent malades, c’est pourquoi les parents préfèrent prendre des précautions", dira notre interlocuteur en guise de conclusion. K. Z.

Par : K. Zakaria

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel