Le Midi Libre - Supplément Économie - Les banques réservent un «corridor spécifique»

Edition du 10 Fevrier 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Pour faciliter l’accès des PME au credoc
Les banques réservent un «corridor spécifique»
8 Fevrier 2010

Les banques de la place d’Alger s’adaptent aux nouvelles dispositions introduites par la loi de finances complémentaire promulguée en juillet 2009.

Considéré comme un obstacle de premier ordre par les entreprises, notamment les PME, le crédoc (crédit documentaire), admis comme seul mode de paiement pour les importations, a soulevé des vagues parmi les chefs d’entreprise qui craignaient un tassement de leurs activités, notamment celles versées dans la production. Les raisons : une lourde procédure bancaire qui prend du temps, des surcoûts liés à ce mode de paiement et la lenteur de traitement des dossiers soumis aux banques. Il semble que les doléances des opérateurs économiques ont trouvé un écho favorable auprès des établissements bancaires. Selon le délégué général de l’Association des banques et établissements financiers (Abef), Abderahmane Benkhalfa "les banques nationales ont mis en place des corridors spécifiques visant à familiariser les PME productrices avec le crédit documentaire (credoc)". Le corridor spécifique, a expliqué, hier, ce responsable, lors d’une rencontre algéro-française sur les PME, "est un ensemble de mesures de nature organisationnelle qui constitue un apport de la communauté bancaire, sur forte recommandation des pouvoirs publics, pour faciliter aux PME productrices d’importer des matières premières, des composants et des produits semi-finis nécessaires à leur production". Parmi ces mesures, le délégué général de l’Association des banques et établissements financiers (Abef) cite la "facilitation de l’accueil au niveau des agences de banques, à étudier les dossiers, les coûts et commissions, les délais de mobilisation du crédoc, le financement en dinars du crédoc, la liste des correspondants à l’étranger", et relève l’existence de formations qui seront dispensées aux chargés des crédocs au niveau des PME. Pour le représentant de l’Abef, ces mesures sont déjà en cours puisque, souligne-t-il "sur le millier de crédocs effectués par les banques depuis août 2009, il y en a qui ont été traités avec doigté et flexibilité car ils concernent des PME productrices qui emploient de la main d’oeuvre algérienne". Selon toujours Abderrahmane Benkhalfa, "ce corridor spécifique est déjà mis en place et s’élargit selon le style de maison de chaque banque".
S. B.

Par : Sadek Belhocine

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel