Le Midi Libre - Santé - Origine et traitement

Edition du 10 Fevrier 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Jambes Lourdes 
Origine et traitement
10 Fevrier 2010

Trop souvent négligée, la maladie des "jambes lourdes" toucherait plus de quinze millions de personnes en France. Si la grande majorité des malades sont des femmes, les hommes aussi peuvent s’en plaindre.

Le rôle de veines
Les veines assurent le retour du sang des organes vers le cœur. A l’inverse de la circulation artérielle où le sang oxygéné est propulsé par la pompe cardiaque jusqu’aux organes, le retour veineux est un phénomène passif. Au niveau des jambes trois principaux mécanismes interviennent pour faciliter la remontée du sang : la contraction des muscles du mollet ; l’action de la plante des pieds et de la voûte plantaire pendant la marche ; et la présence de petites valves, appelées valvules, à l’intérieur des veines qui empêchent le sang de redescendre. Parfois ces trois systèmes sont insuffisants et une partie du sang stagne dans les membres inférieurs provoquant le syndrome des jambes lourdes. Médicalement, ce phénomène fait partie d’une pathologie plus large qu’on appelle l’insuffisance veineuse qui peut également se manifester par des varices.

Une sensation de pesanteur
Les désagréments liés aux jambes lourdes apparaissent plus souvent le soir. Les personnes se plaignent d’une impression de lourdeur dans les membres inférieurs. Celle-ci peut s’accompagner de fourmillements. Comme le sang stagne dans le bas des jambes, une partie de celui-ci diffuse dans le mollet pour constituer un œdème qu’on peut repérer à la marque de la chaussette qui reste sur la cheville. Les manifestations peuvent être très diverses en fonction des patients, et plus ou moins importantes.
Manque de veine
Malheureusement on "ne choisit pas" ses veines, on naît avec celles que nos parents nous lèguent. S’ils souffraient d’insuffisance veineuse, il y a de fortes chances d’en hériter. Mais il existe un tas d’autres facteurs favorisant l’apparition des jambes lourdes. A commencer par notre mode de vie plus ou moins sédentaire, la vie professionnelle, l’âge, le surpoids. Le nombre de grossesses est aussi un élément important.

Un examen de référence
Devant ce problème, il ne faut pas hésiter à aller consulter un médecin, le spécialiste des veines est un angiologue, ou un phlébologue, un conseil bien-sûr valable pour les hommes qui trop souvent hésitent à consulter pour un problème qu’ils jugent mineur. A côté de l’examen clinique pratiqué par le médecin qui recherche les facteurs de risques, l’examen couramment pratiqué est l’écho-doppler veineux qui permet de visualiser le flux sanguin et de détecter toute anomalie.
Les règles hygiéno-diététiques
Il suffit quelquefois de modifier un peu son mode de vie pour réduire le phénomène des jambes lourdes. Il faut en premier éviter tout ce qui peut faire obstacle au retour veineux : la position debout prolongée, le piétinement, les vêtements trop serrés (chaussettes, bottes, pantalons), la chaleur qui dilate les vaisseaux, évitez ainsi les bains trop chauds, l’épilation à la cire. En cas de surpoids mieux vaut perdre les quelques kilos superflus.
Pour faciliter la circulation veineuse il faut pratiquer la marche ou le vélo, la nuit on peut dormir avec les pieds du lit surélevés. Si cela ne suffit pas le port de bas ou de chaussettes de contention est recommandé. De même, en cas de pieds plats le port de semelles orthopédiques peut être utile.
Les médicaments
De nombreux médicaments, appelés veinotoniques, sont disponibles. Ils favosent le tonus veineux et protègent la paroi des vaisseaux. Ces traitements sont venpharmacie la plupart du temps sans ordonnance. Néanmoins, il vaut mieux suivre lesconseils du médecin qui indiquera le médicament le mieux adapté. Il s’agit de toute façon d’un traitement au long cours qui se prend sous forme de cure.

Conseils :
- N’hésitez pas à consulter quand vous souffrez de troubles veineux, car avec le temps, le "mal" risque d’empirer et de provoquer certains problème importants (varice, ulcère de varice, phlébite...).
En cas de maladie veineuse, l’avis d’un médecin est d’autant plus important que vous souffrez d’une autre affection, comme un diabète ou une insuffisance cardiaque.
Source : Santé A. Z.


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel