Le Midi Libre - Supplément Téléphonie - Attention femmes, vous êtes filmées !

Edition du 9 Janvier 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Hammams, fêtes, moments intimes
Attention femmes, vous êtes filmées !
3 Janvier 2010

Grâce aux téléphones mobiles multimédia, notre vie privée est aujourd’hui menacée. La première cible de ces malfaiteurs est essentiellement les femmes qui sont victimes de personnes agissant souvent en réseaux ayant pour points de départ les salles des fêtes, hammams, universités, salons de thé et autres lieux publics.

Les téléphones mobiles multimédia sont de plus en plus utilisés en Algérie comme partout dans le monde. Ces terminaux offrent plusieurs avantages comme prendre des photos, écouter de la musique, enregistrer des vidéos, ou encore écouter de la radio. Ces contenus peuvent alors être transférés et échangés en utilisant les dernières trouvailles technologiques à l’instar du Bluetooth ou de l’infrarouge. Néanmoins, malgré les avantages qu’offrent ces technologies, il s’avère que personne n’est à l’abri de désagréments causés par des personnes mal intentionnées.
Grâce aux téléphones mobiles multimédia, notre vie privée est aujourd’hui menacée. La première cible de ces malfaiteurs est essentiellement les femmes qui sont victimes de personnes agissant souvent en réseaux ayant pour points de départ les salles des fêtes, hammams, universités, salons de thé et autres lieux publics. En utilisant les appareils photos et caméras vidéo intégrés dans les portables, ces criminels prennent des séquences et les diffusent sur le net via les réseaux sociaux tels que Facebook, YouTube, Dailymotion, etc. Les premiers éléments que nous détenons font apparaitre que la majorité des photos ou vidéos prises à l’insu des femmes, dans les salles des fêtes, plages ou Hammams, sont réalisées par d’autres femmes, faisant partie de réseaux de malfaiteurs qui photographient ou filment ces femmes dans des tenues indécentes et leur font ainsi du chantage en contrepartie de payement de sommes d’argent pour éviter leurs publications. Ainsi, le Bluetooth, caméras vidéo et appareils photos deviennent ainsi un outil de criminalité.
Selon la Gendarmerie nationale, les détenteurs de ce genre d’images se transforment souvent en maîtres-chanteurs et réclament de l’argent à leurs victimes au risque de les diffuser sur des sites Internet. Ce sont des femmes d’affaires, épouses d’hommes riches ou personnalités connues qui sont la proie de ces malfaiteurs. Dans ce cadre, de nombreuses salles des fêtes, salons de coiffure et Hammams interdisent l’utilisation de téléphones munis de caméras, comme mesure préventive à ces dérives.
Vu l’ampleur qu’a pris ce phénomène dans notre société, plusieurs victimes s’expriment sur des forums de discussion sur leurs mésaventures afin de sensibiliser les autres. Pour Dalal, 20 ans, «les garçons prennent un malin plaisir à séduire des filles, les dénuder, les filmer avec leur téléphones portables pour ensuite mettre la vidéo sur Internet et la partager avec tout le monde. Ces malfaiteurs ne peuvent pas imaginer les conséquences de leurs actes… Ce sont des vies qui se brisent». Quant à Imène, 24 ans, elle estime que ce sont généralement les filles voilées qui sont les proies de ces sales coups. "Vous n’imaginez pas le nombre de ce genre de vidéos qui circulent dans les universités. Sur Youtube, il suffit de taper "Algériennes" pour en avoir un aperçu’’. Sur Emule, plusieurs vidéos sont disponibles au téléchargement.
Interrogé sur ce sujet, Sam, étudiant à la l’université d’Alger explique : «C’est juste des blagues que nous faisons…nous prenons généralement une photo du visage et on fait des montages !». Idir, 18 ans, avertit : «C’est un phénomène qui s’étend aux lycées, collèges et universités malheureusement. Si ce sont les filles voilées qui sont la proie de ce genre de pratique, je pense que le but est de porter atteinte à l’intégrité des musulmanes !».
Sur un autre registre, le vol de portables ou tout simplement leur perte pourrait engendrer des conséquences néfastes sur leurs propriétaires. Dans certains cas, si le portable comporte des enregistrements vidéo ou des photos personnelles, ces derniers sont mis en ligne et partagés avec un large public sans le consentement de leurs propriétaires.
Dans le but de mettre fin à ce comportement illégal, la direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a pris la situation en main. Selon des sources proches de la DGSN, le service criminalité a traité durant le premier semestre 2009, six affaires de détention d’appareils téléphoniques contenant des séquences licencieuses. La même source ajoute que les personnes impliquées ont été déférées devant les tribunaux. Ainsi, la plupart des personnes arrêtées sont des jeunes dont des étudiantes en possession de séquences impudiques personnelles sur leurs téléphones. En outre, quatre immigrants clandestins africains ont été arrêtés ces deux derniers mois à Alger pour détention de films pornographiques à des fins commerciales. Pour avoir une meilleure visibilité sur le sujet, mobilealgerie.com a recueillis l’avis d’un sociologue. Pour M. Omar Derrass, professeur en sociologie à l’université d’Es-Sénia (Oran), "il s’agit d’une nouvelle pratique dans notre société (…) elle a fait apparition avec la généralisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC)… ce fait est juridiquement illégal parce qu’il peut nuire à la vie des gens". Dans ce cadre, il a mis l’accent sur la nécessité de réglementer le marché des NTIC avec des textes appropriés pour protéger la vie privée des individus.
Sur une question par rapport au motif qui pousse ces malfaiteurs à avoir recours à ces pratiques, M Derrass estime que "c’est un moyen de se faire valoir vis-à-vis de la société parce qu’à mon avis, ces personnes souffrent de problème de reconnaissance".
Cependant, malgré son effet néfaste, le téléphone multimédia reste l’une des meilleures inventions. Il s’agit comme cité au début de l’article d’une arme à double tranchant. La preuve, le drame qui est survenu dernièrement au Caire quand le bus de l’équipe nationale de football a été caillassé par des supporters égyptiens. Les joueurs de l’’EN ont utilisé leurs téléphones portables pour filmer l’agression. Des vidéos qui ont servi de preuve par la suite.


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel