Le Midi Libre - Supplément Économie - L’autre casse-tête

Edition du 9 Janvier 2010



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Réduire la facture d’importation
L’autre casse-tête
4 Janvier 2010

Comme pour la diversification de l’économie, la baisse de la facture d’importation continuera, en 2010, à constituer un casse-tête pour le gouvernement. Certes l’essentiel a été fait en 2009 à travers les restrictions imposées par la loi de finances complémentaires 2009, mais le problème n’est pas réglé pour autant. Cinq mois de mise en application de cette loi ont déjà permis de réduire la facture de 3% à la fin de l’année 2009 par rapport à 2008. Les importations ont atteint 34,9 milliards de dollars à fin novembre dernier contre 36,1 milliards à la même période de 2008. Le ministre des Finances dans l’une de ses sorties médiatiques avait indiqué que «les mesures de régulation prises lors de la loi de finances complémentaire ont permis de maîtriser les flux d’importations» qui avaient atteint près de 40 milliards de dollars en 2008. Même si le gouvernement s’était fixé un objectif de réduction de la facture de 5% à la fin de 2009 et qu’il ne l’a pas atteint, il est néanmoins à relever que l’objectif de réduction à touché les principaux postes d’importation à l’origine ces dernières années du gonflement de la facture, à savoir l’automobile, les médicaments et les produits alimentaires. Pour l’automobile, le Centre national de l’informatique et des statistiques avait indiqué en novembre dernier que l’importation de véhicules a baissé de 18,09% à la fin des dix premiers mois de 2009. L’Algérie a importé 228.520 véhicules au cours de cette période, contre 278.996 unités durant la même période de l’année 2008. La valeur globale de ces véhicules importés, n’a cependant pas baissé et a même augmenté, passant de 205,7 milliards de dinars à 222,1 milliards de dinars, effet sans doute de la dépréciation du dinar décidée par la Banque d’Algérie en 2009 et de l’importation des pièces détachées (+64% à la fin des dix premiers mois de 2009) et autre accessoires pour automobile. La baisse des importations des produits alimentaires en Algérie a atteint, quant à elle, 32,87% durant le seul mois de novembre par rapport à la même période de 2008. Selon le Cnis, la facture des produits alimentaires a atteint 384 millions de dollars, contre 572 millions de dollars au mois de novembre 2008. Sur les onze premiers mois, les importations de produits alimentaires ont chuté de 26%, passant de 7,24 milliards de dollars à 5,35 milliards de dollars. Les laits et produits laitiers, les céréales, semoules et farine ont tous connu des baisses au cours de cette période. Par ailleurs, grâce à la décision d’interdire à l’importation les médicaments fabriqués localement, la facture a baissé de près de 7% en 2009. L’instauration de nouvelles restrictions aux importations, notamment le crédit documentaire obligatoire pour régler toutes les opérations d’importations, a commencé tout juste à porter ses fruits, car la facture globale reste encore trop importante, ce qui devrait peut-être pousser le gouvernement à réfléchir à de nouvelles mesures. R.E.H


L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel