Le Midi Libre - evénement - Les enseignants protestent à Sétif

Edition du 16 Novembre 2009



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Les enseignants protestent à Sétif
16 Novembre 2009

Le corps enseignant, dans tous ses secteurs, s’est engagé hier dans un vaste mouvement de protestation à Sétif. C’est ainsi que le syndicat autonome des enseignants universitaires (CNES), « retardé » par la dernière visite du président de la République Abdelaziz Bouteflika à Sétif, a tenu, hier, son AG pour décréter une grève de 15 jours en réponse à l’appel du bureau national. Contrairement aux grèves antérieures décidées par le CNES, les syndicalistes se disent néanmoins à la fois confiants et optimistes du discours prononcé par le chef de l’Etat à l’occasion de l’ouverture solennelle de l’année universitaire au niveau de l’Université Ferhat Abbas de Sétif. Un discours qualifié d’ailleurs d’«historique», car le président Bouteflika a insisté sur la situation de l’université algérienne et celle du chercheur universitaire. Cependant, eu égard à la conjoncture nationale marquée par l’engagement du mouvement de protestation national, les enseignants universitaire de Sétif ont décidé de durcir le ton dans les jours à venir par des piquets de grève prévus à partir d’aujourd’hui devant l’entrée principale du pôle universitaire El Bez mais tout en restant à l’écoute du conseil national du Cnes. Au niveau du secteur de l’Education, les deux syndicats présents à Sétif ont décidé de reconduire leur mouvement de contestation par une grève d’une semaine. C’est ainsi que le Cnapest qui a une emprise sur les lycées de Sétif a réussi à paralyser l’activité dans la majorité des lycées. M. Nouar, le coordinateur national du Cnapest estime que 90% des lycées sont affectés par le débrayage alors que 94% des enseignants du secondaire sont en grève. Du côté de l’Unpef, l’autre syndicat autonome imprégné dans les écoles et les CEM, déclare, par son coordinateur de wilaya, que plus de 80% des écoles sont paralysées et autant de CEM se trouvent dans la même situation, hier, au premier jour de la seconde manche du débrayage. Cependant l’on omet de signaler que le taux de mobilisation est appelé à être en hausse dans les jours à venir.

Par : Abdelhalim Benyelles

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel