Le Midi Libre - evénement - L’optimisme prend le dessus

Edition du 16 Novembre 2009



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




Le bonheur au bout des pieds des verts
L’optimisme prend le dessus
16 Novembre 2009

«J’ai passé les 90 minute les plus longues de ma vie», ce sentiment exprimé par un jeune supporteur de l’équipe nationale de football juste après le coup de sifflet final de l’arbitre du match Egypte-Algérie, a été vécu par des millions d’Algériens rivés devant leurs postes de télévision pour suivre la bataille qu’ont livré les coéquipiers de Gaouaoui sur le terrain du Cairo-Stadium. A une ou deux minutes du bonheur, les Fennecs, qui ont admirablement résisté jusqu’à ce fatidique instant, se sont fait piégés par les Egyptiens qui ont inscrit le but qui leur permet d’éviter une élimination et de jouer un match-barrage à Khartoum. La fête, qui devait saluer la qualification au Mondial de 2010 de notre onze national, il faut être optimiste, n’est que reportée à ce mercredi. Hier, à Alger, passés les premiers moments de stupeur et de déception, les Algérois ont repris de plus belle la fête dans des voitures, emblème au vent, des bruits sonores et tout l’attirail du parfait supporteur. C’est que l’espoir est permis. La rencontre de Khartoum aura lieu dans un tout autre contexte. Les joueurs égyptiens n’auront pas pour douzième homme, le public, chauvin à l’extrême et particulièrement agressif à l’égard des nôtres, qui a joué un rôle déterminant dans l’issue du match et l’apport des hommes tels que le président de la FEF et des gens des médias à l’image de Amr Adib de sinistre réputation. A Khartoum, les données seront donc toutes autres et les coéquipiers de Abou Trika seront bien seuls face aux Fennecs qui auront tiré des enseignements utiles durant leur séjour très mouvementé au Caire. Ils savent, désormais, à quoi s’en tenir et trouveront les ressources nécessaires pour livrer cet ultime combat, qui leur ouvrira les portes de Johannesburg. Cependant, il faut rester vigilant et être sur ses gardes. Même, loin de leur terrain, les Egyptiens vont tenter de tirer leur épingle du jeu. Et pour cela tous les moyens sont bons pour parvenir à leur fin. Ils sont passés maîtres dans cet art et les évènements du Caire sont là pour nous le rappeler. La bande à Saâdane est avertie pour se serrer encore davantage les coudes et rester plus que jamais solidaire sur le terrain et généreuse dans l’effort. Il ne reste pratiquement que 90 minute à tenir. Elles seront certainement encore beaucoup plus longues que celles de dimanche dernier. Le bonheur ultime du peuple algérien est accroché au bout des pieds de Ziani et consorts qui n’auront plus cette pesante et terrible pression du Caire qui leur a joué un mauvais tour. Il faut vite retrouver cette joie de bien jouer au ballon, rien qu’au ballon et les jeunes Fennecs, pétris de qualités techniques, doublés d’une fraîcheur physique à toute épreuve sauront traduire ces atouts sur le terrain pour la joie des millions de supporteurs qui ne vibrent que pour leurs succès. Et ce ne sera que justice rendue à une équipe et un peuple qui ont su traduire de manière à nulle autre pareille leur communion et leur attachement aux couleurs du pays.

Par : Sadek Belhocine

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel