Le Midi Libre - Monde - Michel Sleiman à Damas la semaine prochaine

Edition du 6 Août 2008



Le Mi-Dit

Caricature Sidou


Archives Archives

Contactez-nous Contacts




La normalisation des relations libano-syriennes se poursuit
Michel Sleiman à Damas la semaine prochaine
6 Août 2008

C’est la première visite d’un président libanais en Syrie. Et pour cause, jamais depuis la fin du mandat français sur les deux pays, ces derniers n’avaient noué de  relations diplomatiques.

Soixante ans de différends multiples seraient-ils en passe d’être enfin dépassés ? C’est en tout cas ce que toutes les parties intéressées par un retour progressif à la paix au Proche-Orient souhaitent.  C’est à Paris, le 13 juillet passé que tout a commencé avec la rencontre tripartite Sleiman- Al Assad- Sarkozy et à la suite de laquelle a été officiellement annoncée la volonté du Liban et de la Syrie de  «nouer des relations diplomatiques au plus haut niveau dans un avenir incessant.» Après cette rencontre historique, Damas avait réitéré à plusieurs reprises sa détermination à avancer rapidement dans cette voie. Beyrouth aussi. C’est pourquoi la visite officielle qu’entreprend à partir du 12 août prochain, le président de la République libanaise, Michel Sleiman, revêt un caractère particulier autant pour les deux pays voisins que pour tous ceux de la région. Particulièrement mises à mal à la suite du retrait des troupes syriennes du territoire libanais, décidé par le Conseil de sécurité de l’ONU en avril 2005, et de l’assassinat du Premier ministre libanais Rafik Hariri du fait des lourds soupçons qui pesaient sur les services de renseignements syriens, les relations entre les deux pays s’étaient encore aggravées à la suite de la crise politique et institutionnelle qui avait frappé le pays du Cèdre après le retrait pour cause de fin de mandat de l’ex-président Emile Lahoud en novembre 2007. Le Liban était alors divisé en deux camps, celui réputé pro-occidental et chrétien, et l’autre, essentiellement représenté par l’opposition chiite et le Hezbollah soutenu par Damas. Cette situation avait installé le Liban dans l’incertitude la plus totale et à certains moments les observateurs et le peuple libanais en premier lieu avaient fini par craindre le pire, c’est-à-dire un retour à la violence qui avait frappé le pays toute la deuxième moitié de la décennie 1970 et de la premier moitié de la décennie suivante, pour cause de guerre civile. Bien entendu, et pour chacune de ces épreuves, les Syriens furent en tête de liste des accusés autant du point de vue des pays de la région, de la communauté internationale que de l’ONU.
C’est pourquoi, il n’est pas exagéré de parler de véritable ressurection entre les deux pays depuis le sommet de Paris.
La visite de Michel Sleiman intervient alors qu’après de longs et éprouvants pourparlers, le Premier ministre Fouad Siniora est finalement parvenu à former un gouvernement d’union nationale conformément à l’accord de Doha. La Déclaration de politique générale de ce gouvernement est déjà prête et il ne reste que son avalisation par le Parlement qui doit aussi vendredi prochain voter une motion de confiance en sa faveur. Cette déclaration contient tout un passage consacré aux relations avec la Syrie. Il y est notamment signalé que «tout doit être fait pour nouer des relations fraternelles basées sur le respect mutuel, la souveraineté et l’indépendance des deux pays.» De même qu’y est évoqué la nécessité d’officialiser un tracé de la frontière commune et de régler définitivement la question des disparus et personnes emprisonnées en Syrie, et estimées selon les ONG libanaises à plus de 650.
Par ailleurs, le président du Parlement européen doit effectuer une visite à Beyrouth et à Damas pour, outre y réitérer la disponibilité de l’UE à aider au retour à la normale entre les deux pays, tenter de redynamiser l’objectif de l’Union pour la Méditerranée.

Par : Malek Bellil

L'édition du jour
en PDF
Le Journal en PDF
Archives PDF

El Djadel en PDF
El-Djadel en PDF

Copyright © 2007 Midilibre. All rights reserved.Archives
Conception et réalisation Alstel